En prolongement à notre article de ce mercredi sur l’obligation abordée par la bourgmestre, lundi soir, lors du conseil communal, de faire porter aux enfants un gilet jaune continuellement entre la maison et l’école, en réaction au dramatique accident survenu à Dottignies (majoritairement à cause d’un point d’éclairage public défaillant, rappelons-le!), le porte-parole de VIAS a tenu à réagir ce mercredi.

"Une mesure qui paraît dénuée de bon sens"

Pour Benoit Godart, Mouscron a une fausse bonne idée en termes de sécurité routière sur son territoire avec cette imposition: "Ma réaction est négative car cette mesure donne l’impression de faire porter la responsabilité des accidents sur les enfants. Il y a bien d’autres mesures à prendre, notamment en ce qui concerne l’éducation des parents et les contrôles sur le stationnement près des écoles, par exemple. Et puis, si chaque Commune crée son propre code de la route à chaque accident, on ne va plus s’y retrouver."

Chaque bourgmestre fera-t-il ce qu’il veut?

"Je serais aussi curieux de voir ce qui va arriver au malheureux enfant qui n’aura pas sa veste fluo. Va-t-on le verbaliser? Lui faire copier 100 fois qu’il ne doit plus oublier? Bref, c’est une mesure qui paraît dénuée de bon sens. En revanche, mieux éclairer les passages est une très bonne mesure."

Pour notre interlocuteur, "le code de la route doit rester un socle auquel il vaut mieux ne pas toucher, même si les bourgmestres peuvent prendre des arrêtés. Sinon, demain, la veste fluo sera obligatoire pour les enfants piétons à Mouscron; le casque pour les cyclistes à Tournai; à Pecq, les conducteurs de scooters devront mettre des gants et des bottes…"

Il préfère d’autres actes plus persuasifs que le commissariat de Mouscron applique déjà sur le territoire communal: "Mettre un policier de temps en temps pour verbaliser les automobilistes qui se garent n’importe où ou qui ne respectent pas le 30 km/h sera beaucoup plus efficace que de faire porter le chapeau par les enfants". Et de conclure: "Il n’en reste pas moins qu’il est essentiel d’être bien visible dans la circulation (fluo, vous êtes vu à 150 mètres; en noir, à 20 mètres) mais on peut le faire avec de la sensibilisation plutôt que toujours des obligations qui nécessiteront des sanctions."