Brigitte Aubert, bourgmestre, explique comment la commune gère la crise sanitaire.

La cité des Hurlus a été une des premières à recenser un cas de Covid-19 en Wallonie picarde. La bourgmestre Brigitte Aubert gère ainsi depuis le début la crise sanitaire avec son équipe.

"Il n’y a pas d’écrit, pas de manière de fonctionner face à cette situation inédite mais il faut assurer , nous assure-t-elle. On suit l’évolution de cette pandémie heure après heure et les mesures évoluent rapidement en conséquence, on doit s’adapter."

La bourgmestre s’est d’ailleurs voulue prévoyante. "J’ai dans un premier temps rassemblé les masques qu’on avait à la Ville, des FFP3, afin de les livrer aux maisons de retraite, maisons de repos et de soins et aux différents centres d’accueil. J’ai également contacté personnellement les 200 entreprises de Mouscron pour voir si elles avaient des masques. J’ai reçu plus de 1 000 masques FFP1, ce qui est encore mieux que des chirurgicaux."

Brigitte Aubert espère d’ailleurs encore en recevoir. "Des amis veulent m’en faire parvenir. J’ai aussi reçu du désinfectant et du Manugel. Je dois maintenant trouver des flacons pour distribuer le tout aux soignants qui seront les premiers servis."

Un facteur santé

À côté de tous ces dons, il est primordial de souligner l’élan de solidarité qui s’est mis en place au sein de la commune. Plus de 35 personnes s’activent en effet à la confection de masques en tissu.

Du personnel communal mais également des bénévoles qui apportent tout leur soutien. "Je les remercie évidemment du fond du cœur pour leur générosité. Beaucoup d’équipes de bénévoles nous appellent encore actuellement pour proposer leur aide. Ces masques vont encore être distribués aux kinés. On pourrait d’ailleurs aussi en livrer aux bouchers ou boulangers qui continuent le travail."

Un facteur santé a d’ailleurs été mis en place afin de procéder aux différentes livraisons de masques. "Ce facteur santé pourrait également soutenir certains médecins qui sont dans le besoin afin de livrer ordonnances ou certificats médicaux aux patients. Les médecins ont une charge énorme de travail. Si cela devait augmenter, le facteur santé pourrait leur venir en aide."

Brigitte Aubert pense également aux seniors pour qui la situation en confinement peut être difficile à vivre.

"Nous les invitons, au moindre problème, à contacter Seniors Contact au 056.860.323, de 8 h à 20 h, même le week-end. J’ai d’ailleurs un message pour notre jeunesse. Dessinez ou écrivez un message de soutien aux personnes âgées et/ou seules. Lorsque vos parents seront amenés à réaliser un déplacement indispensable, ils pourront le déposer dans la boîte aux lettres du CAM. Je veillerai à c e que le message soit remis."

Malgré cette période difficile, la bourgmestre souhaite en retirer le positif. "Ce n’est pas forcément facile moralement mais il faut continuer de vivre, se soutenir l’un l’autre et peut-être retrouver des choses que l’on avait un peu perdues. En attendant, il faut que chacun se sente responsable et solidaire. Si tout le monde fait attention, nous allons surmonter cette épreuve."