Comme tous les autres habitants de Belgique et d’ailleurs, les Estaimpuisiens n’ont pas été épargnés par la crise sanitaire de la Covid-19. Les nombreux commerçants de l’entité ont été les premiers impactés lors de leur fermeture de plusieurs semaines imposée par la première vague de la pandémie en mars dernier.

À leur réouverture, la commune d’Estaimpuis a souhaité prendre part à la relance des commerces locaux tout en donnant du pouvoir d’achat à la population. “L’idée s’est concrétisée cet été”, signale Pauline Pruvost, responsable communication de la commune.

Et c’est sous la forme de chèques que le projet a vu le jour. “Un toute-boîte a été distribué à la population pour que chacun puisse avoir connaissance de cette opération et sept distributions ont été effectuées, une dans chaque village.”

Concrètement, chaque citoyen, quel que soit son âge, a reçu deux chèques de 10€. Un premier à dépenser pour tout ce qui concerne l’alimentaire et un autre pour le non-alimentaire.

“Il était pour nous primordial de distribuer deux chèques bien distincts afin d’aider un maximum de commerçants. Le chèque pour le non-alimentaire pouvait ainsi être utilisé dans toute une série de commerces tels que des fleuristes, garagistes, magasins de vêtements, pharmacies, coiffeurs, etc. Celui relatif à l’alimentaire était quant à lui spécifique aux boulangeries, boucheries mais également à l’Horeca. Il n’était juste pas possible de se procurer, avec le chèque, de l’alcool, du tabac ou des jeux de hasard.”

Tous les commerçants de l’entité ont pris part à l’action hormis les grandes chaînes. “Nous demandions que la personne morale soit domiciliée dans l’entité.”

Les citoyens ont pu dépenser leurs chèques du 1er septembre jusqu’au 31 octobre. Les commerçants ont été véritablement satisfaits de cette opération. “Nous avons effectivement eu des retours très positifs lorsque les commerçants sont venus nous retourner les chèques. Cette opération leur a d’ailleurs permis d’avoir de nouveaux clients. Cela a permis de les faire connaître.”

Pour financer cette opération, la commune a contracté un prêt de 210 000€. Sur les 20 000 chèques distribués, près de 15 000 ont été utilisés. “C’est donc un montant de près de 150 000€ qui est allé dans les caisses des commerçants locaux !”