La couverture VDSL de la Wallonie picarde atteint environ 95%, ce qui correspond plus ou moins à la moyenne nationale (> à 95%). 

C’est ce qu’a répondu le Ministre en charge du Numérique Philippe De Backer à la député fédérale Ludivine Dedonder qui le questionnait sur le taux de couverture haut débit de la population de la Wallonie Picarde

"Aujourd’hui, certains de vos collègues prônent la digitalisation à tout prix, ferment des agences bancaires, … Au-delà de la fracture numérique pourtant encore bien réelle, principalement chez les personnes âgées, il y a un autre problème : les zones de notre territoire dans lesquelles le service internet est beaucoup trop lent au point que son utilisation pour effectuer certaines tâches en devient impossible. Le citoyen paie pourtant le même tarif. Il y a là matière à discrimination" avance Ludivine Dedonder.

"En tout état de cause, malgré les efforts déployés par les opérateurs, une couverture à 100% est difficile voire impossible à atteindre surtout dans les zones plus reculées. Pour ces zones, toutes les pistes sont explorées avec les acteurs sur place afin d’améliorer la couverture à très haut débit au travers de nouvelles technologies comme la solution Tessares qui permet de combiner le réseau fixe et mobile ou la solution microwave ROP qui est une cabine de rue desservie par faisceaux hertziens au lieu de fibres optiques. Proximus étudie actuellement quelques dizaines de projets supplémentaires à mettre en service, à partir de la deuxième moitié de 2020. Plusieurs communes de Wallonie picarde sont concernées mais, étant en phase d’études, il est prématuré de dévoiler plus d’informations à ce stade", a répondu le Ministre