Un vent favorable les porte au collecteur.

L’une des initiatives les plus étonnantes, en matière de zéro déchet, est sans nul doute l’installation de collecteurs de feuilles mortes.

"En Flandres, chez nos voisins de Ypres, ce type d’installations, uniquement destinées à recevoir les feuilles mortes, est en usage depuis longtemps. Mais rien ne nous garantissait que cela fonctionnerait aussi à Comines, avant d’avoir tenté l’expérience", raconte, avec un air perplexe, Alice Leeuwerck.

Pourtant, les faits sont là. Les vingt collecteurs de feuilles mortes installés en bord de route depuis le début de l’automne débordent de toutes parts.

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle

"Tous les habitants de l’entité n’ont pas forcément la main verte au point de réaliser leur propre compost en bout de jardin. Mais, en contrepartie, une chose est certaine, ils se prêtent volontiers au jeu", constate notre interlocutrice.

Les services techniques de la Ville de Comines ont en effet déjà avisé la bourgmestre que les collecteurs mis à disposition des habitants nécessitent d’être fréquemment vidés.

"L’opération a séduit, c’est incontestable. Et désormais, vu la quantité de végétaux collectés, il faudra sans doute que l’on envisage, avec l’intercommunale de gestion de l’environnement wallon Ipalle, un projet de dalle de compostage spécifique au traitement des déchets verts. Car il serait inconcevable que les efforts des Cominois ne se traduisent pas par une nouvelle dynamique de notre part", conclut Alice Leeuwerck.

À Comines, être dans le vent, c’est avoir le destin des feuilles mortes en main, n’en déplaise au philosophe Jean Guitton.