Comines Neuf mille euros de subsides pour encourager les initiatives environnementales, c’est toujours bon à prendre.

Pour fêter sa première année de mayorat, Alice Leeuwerck (Ensemble) apprécie les petites attentions. "Cette gratification octroyée par la ministre wallonne de l’Environnement est en quelque sorte une prime au mérite", explique-t-elle. Il s’agit d’un bonus de 50 centimes par habitant pour encourager les communes qui développent des initiatives de terrain en faveur du zéro déchet .

"À Comines, nous avons voulu impulser très tôt cette politique environnementale. À commencer, avant que d’autres n’y pensent, par la fabrication de gobelets réutilisables, que nous proposons gratuitement à toutes les associations de l’entité", rappelle-t-elle.

L’opération séduit les organisateurs de festivités, qui réduisent leur budget en même temps que leur impact sur la pollution. "La commune s’est portée acquéreur d’une machine à laver les gobelets et ne réclame qu’un dédommagement équivalent au coût des pertes lors du retour des locations."

Mais l’investissement communal le plus conséquent en matière de zéro déchet est incontestablement l’installation des points d’apport volontaire pour les déchets organiques. "Chaque borne de collecte représente un investissement de 20 000 euros, car l’installation des infrastructures nécessite des travaux conséquents pour enterrer les citernes et relier les bornes d’accueil, en surface, à l’alimentation électrique", précise la bourgmestre.

Deux points d’apport volontaire sont opérationnels. "Le premier est installé à proximité de la gare de Comines, à côté des bulles à verre, et l’autre au Bizet. Mais, en 2020, six autres seront disséminés dans l’entité."

Pour aller encore plus loin dans le traitement des déchets, la bourgmestre évoque le projet, à titre expérimental, d’un collecteur central des autres ordures ménagères. Afin de réduire le coût du ramassage des sacs-poubelle à domicile. "Le citoyen qui accepterait d’amener ses ordures ménagères au point de collecte verrait ainsi sa facture réduite par rapport au coût actuel des sacs-poubelle de la Ville", précise Alice Leeuwerck.