Voilà maintenant quelques années que les voitures partagées ont fait leur apparition à Tournai. Un succès grandissant pour ce type de mobilité au sein de la cité des Cinq Clochers puisque la firme qui gère ce service, Cambio, va prochainement mettre une troisième voiture dans le circuit tournaisien.

Qu'en est-il à Mouscron ? Une nouvelle fois, Rebecca Nuttens, conseillère communale Écolo, est revenue sur le sujet. "Pour bien clarifier les choses, on ne parle pas ici de covoiturage, mais bien de véhicules partagés, précise-t-elle. Une firme met à disposition à un endroit défini un ou plusieurs véhicules. Les personnes désireuses de les utiliser s’inscrivent et payent une quote-part en fonction de la durée d’emploi, du nombre de kilomètres parcourus et de la fréquence à laquelle ils utilisent le véhicule."

Ce dispositif présente plusieurs avantages. Un véhicule partagé peut remplacer jusqu'à sept véhicules privés, ce qui diminue le nombre de places de parkings nécessaires. De plus, les citoyens n'ont plus besoin d'acheter leur propre véhicule avec tous les coûts que cela engendre.

"Ce mode de transport fait clairement partie des solutions à envisager pour la mobilité future. De plus en plus de villes l’ont compris." En plus de Tournai, citons encore Courtrai et Wevelgem voire encore Gembloux, ville nettement moins grande que Mouscron avec ses 26 500 habitants.

"Pourquoi ne pas commencer par une voiture ?, se demande Rebecca Nuttens. Avec la firme Combio, leader du marché, nous nous engageons seulement pour une durée de 2 ans. En termes de coût, on parle d’un coût de maximum 5500 € par an, cette somme peut diminuer en fonction de l’utilisation faite par les citoyens. À l’échelle d’un budget communal, ce n’est pas pharaonique. Si ça fonctionne, nous pourrions en mettre une par village et puis une par quartier."

Marie-Hélène Vanelstraete, échevine de la Mobilité, dévoile que l'idée, au départ, était de mettre deux voitures partagées sur l'Esplanade de la gare. "Seulement, comme tout le monde le sait, les travaux de l'Esplanade de la gare devraient se terminer en 2023. C'est donc un peu long, assure l'échevine. Il y a quelques semaines, nous avons décidé au Collège de passer la vitesse supérieure pour avoir deux voitures dans le centre-ville, pour commencer."

Deux autres voitures viendront encore compléter l'offre sur l'Esplanade de la gare lorsque les travaux seront achevés. "Cet investissement n'est effectivement pas insurmontable, d'autant plus qu'au kilomètre parcouru, la Ville pourra rentrer dans ses frais."

Cela ne reste plus qu'à être finalisé mais les voitures partagées sont en approche au sein de la cité des Hurlus !