Au micro de RTL Info, Alain a fait part de son désarroi. Il a perdu six poules, un coq, deux moutons. "J’ai vu l’égorgement de la brebis. Les pattes arrières massacrées. J’ai compris tout de suite que c’étaient des chiens. Ils ont même mangé le museau", confie-t-il, soulignant qu'il ne se sentait plus en sécurité.

Les deux chiens sont toujours auprès de leur propriétaire. Mais les victimes réclament des sanctions. Le bourgmestre de Pecq Aurélien Brabant (Ecolo) promet d'agir. Les chiens seront saisis, avant une possible euthanasie. "Comme on a pu en discuter avec la zone de police, ces chiens ont goûté au sang et on a la sensation que cela pourrait se reproduire. Aujourd’hui, on ne peut pas prendre le risque que durant les beaux jours, des enfants jouent dans le jardin et que le scénario soit pire que celui qu’on a connu ici", prévient-il.