Mouscron - Comines

Les avocats des parties civiles, Me Christine Mussche et Me Liesbet Noens, ont convoqué de multiples éléments mardi pour convaincre les membres du jury de la culpabilité de Daniel Deriemacker, accusé devant la cour d'assises de Bruges d'avoir assassiné Carmen Garcia Ortega. 

L'homme de 38 ans nie avoir tué sa femme, le 10 janvier 2017 à Comines,. Me Christine Mussche a appelé le jury à se baser sur l'ensemble des circonstances et indices, quand bien même il n'existe pas un seul élément qui, pris isolément, prouverait de manière irréfutable que l'accusé a assassiné son épouse.

Les avocats des parties civiles ont notamment mis en avant les déclarations de Frédéric R., témoin clé qui a affirmé dès le lendemain des faits que Deriemacker avait probablement tué Carmen Garica Ortega et a décrit un véhicule similaire à celui retrouvé sur le terrain de l'accusé.

Ils ont aussi relevé la présence de l'accusé à Comines, les images des caméras de surveillance, l'ADN de la victime sur le couteau retrouvé ou encore les déclarations contradictoires de Daniel Deriemacker.

 En outre, la téléphonie a montré que ce dernier n'avait pas utilisé son GSM pendant une heure et cinq minutes correspondant au moment où la victime a été tuée. Il a réagi beaucoup plus tard aux neufs appels manqués de sa femme alors que, d'après les témoins, il lui répondait généralement immédiatement.

Enfin, Me Christine Mussche a souligné que divorcer était une étape très difficile pour le trentenaire, car cela allait à l'encontre des préceptes des Témoins de Jéhovah et pouvait nuire à sa réputation.

Le réquisitoire du ministère public est prévu ce mercredi matin. Ensuite, la défense aura la parole. La décision sur la culpabilité est attendue ce mercredi soir.