Mouscron - Comines

L'audition des témoins par la cour d'assises de Flandre occidentale a pris fin, ce mardi, au procès de l'assassinat de Carmen Garcia Ortega (35 ans). 

Les ex-voisins du couple ont décrit la victime comme une jeune femme douce, joviale et calme. Ils ont également confirmé qu'elle ne parlait pas vraiment de son mariage avec Daniel Deriemacker (38 ans). Le couple habitait à Wervik. "Je les connais de la boulangerie. Carmen était simple, joviale, calme et réservée", a déclaré la tenancière. Une voisine a également décrit la victime comme une femme douce et gentille. "Même lors du week-end à Durbuy, je n'ai rien remarqué de spécial. Ils ressemblaient à un couple normal mais elle ne parlait pas de sa vie privée."

Une autre allait parfois manger avec Carmen Garcia Ortega mais elle connaît également peu de détails sur sa relation avec l'accusé. "Carmen n'était pas du genre à se plaindre. Nous parlions de toutes sortes de choses mais pas de sa vie privée." La voisine n'avait rien à dire concernant Daniel Deriemacker. "Il ne nous a jamais rien fait. Je ne peux rien dire de mal à son sujet. Il a peut-être le verbe haut mais je ne le pensais pas capable de faire du mal à qui que ce soit."

Une enseignante des cours du soir est revenue sur la soirée du 10 janvier 2017. Elle a quitté le bâtiment vers 21h45, avec une collègue. "Nous avons bavardé sur le parking. J'ai vu une voiture blanche dans le rond-point, l'avant en direction du sentier." Elle se souvient avoir pensé qu'il s'agissait d'un véhicule de police. "J'ai quitté le parking à 22h00, au moment du flash info de Radio 1. C'était calme et silencieux et il n'y avait plus rien dans la rue. J'ai appelé la police, car j'ai réalisé que j'avais peut-être vu quelque chose de suspect."

Daniel Deriemacker, quant à lui, a été décrit par une bonne amie comme "un mec sympathique" et serviable. "Ses relations extra-conjugales m'étonnent car je ne le connaissais pas comme ça. Il était un peu macho mais pas un homme infidèle." Selon elle, l'accusé reparlait souvent des précédentes aventures de son épouse. "Daniel l'a également soupçonnée, dans la période qui a précédé l'assassinat, d'avoir une relation. Mais je ne pense pas qu'il savait avec qui.

Le président avait déjà posé une question à ce sujet en matinée à l'accusé. "Non, je ne la soupçonnais pas d'avoir une relation. La police a créé une immense confusion. Après, on commence à douter de ce qui est exact ou non", a réagi Daniel Deriemacker.

De nombreux témoins se trouvaient le soir des faits dans les environs du collège Saint-Henri. Or, personne n'a rien remarqué. Un homme par exemple se rendait vers 21h45 à la salle de sports. "Mais je marchais sur le trottoir du côté des maisons. Je n'ai rien vu", a-t-il indiqué.