La cour d'assises du Hainaut a condamné, jeudi, Camille Tonnoir à une peine de vingt ans de réclusion criminelle pour l'assassinat de Daniel Frantzen, commis à Mouscron le 11 décembre 2018. L'assassin a bénéficié de plusieurs circonstances atténuantes. Il risquait la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir tué le père de son ancienne compagne. Le 11 décembre 2018, vers 14h00, Camille Tonnoir s'est rendu chez un avocat de Mouscron, Me Louis Gerbovits, pour trouver une solution afin de ne pas payer une dette dont il s'était porté garant sept ans plus tôt.

En 2011, Camille Tonnoir était en couple avec Virginie Frantzen, qui avait repris un magasin de vêtements dans la Petite rue à Mouscron. Il s'était porté caution du bail commercial. Le couple s'est séparé en 2014 en raison des nombreuses crises de colère de Camille.

Trois ans plus tard, Virginie a fait aveu de faillite devant le tribunal de l'entreprise et a bénéficié de l'excusabilité, ce qui lui permettait de ne pas payer ses créanciers. Le propriétaire du bâtiment qui abritait le magasin a réclamé la dette à Camille Tonnoir, caution de la dette. Camille, hospitalisé en psychiatrie à plusieurs reprises, refusait de payer cette dette alors qu'un juge de paix l'y avait obligé dans un jugement.

Quand son avocat lui a annoncé qu'il devait payer cette dette, il est entré dans une colère noire. Pour ses juges, c'est à ce moment-là qu'il a décidé de tuer les parents de Virginie, pour la faire souffrir.

Camille Tonnoir s'est armé d'un couteau et d'un marteau avant de se rendre chez les parents de son ex-compagne, qui vivaient dans une maison sociale à la rue du Manège à Mouscron. Il est passé par l'arrière, a brisé une vitre avec le marteau et est entré dans la maison. Dans le hall d'entrée, il a croisé Daniel Frantzen, qui était seul chez lui, et l'a frappé à six reprises, dans le thorax, avec une extrême violence avant de porter à sa victime un septième coup de couteau qui devait l'achever. Il s'est ensuite rendu au poste de police pour dénoncer son crime.