En 2018, Anny (prénom d'emprunt) s'est rendue au magasin de cosmétiques Di et s'est emparée de différents produits pour un montant de 74,60 euros. 
    
Récemment, la jeune femme était appelée devant la barre du tribunal correctionnel de Tournai afin d'expliquer les faits et la raison de ce vol.    
 
"À cette époque, j'avais des difficultés financières. Depuis que j'ai mon fils, je n'agis plus de la sorte. Je suis en couple et je suis suivie par une assistante sociale", déclare la prévenue. 
 
Pour l'avocate d'Anny, il est important de prendre en considération la nouvelle vie de sa cliente et sa volonté de se reprendre en main. 
 
"Ma cliente ne conteste pas les faits. Elle a, en effet, eu un moment d'égarement à cette époque. De plus, c'est un vol sans violences ni menaces. Depuis les faits, elle tente de s'en sortir et est davantage responsable. Anny a une relation stable avec son compagnon et à l'heure actuelle, elle recherche une crèche pour son enfant. Ma cliente est également suivie par une assistante sociale, elle reprend donc sa vie en main. Je sollicite un sursis probatoire sous certaines conditions et notamment qu'elle ne commette plus de vol et qu'elle recherche activement un emploi ou qu'elle suive une formation". 
 
Le jugement sera prononcé le 29 avril.