Infirmière de formation, Brigitte Aubert s’est notamment épanouie comme échevine de la Santé.

Après avoir été élue bourgmestre par les Mouscronnois lors des élections communales d’octobre dernier, Brigitte Aubert a transmis des compétences qu’elle a gérées durant douze ans avec, en premier lieu, la santé. Un domaine qui lui manque particulièrement aujourd’hui.

"Je ne vais pas dire le contraire !" assure la principale intéressée. "D’ailleurs, ce n’est pas pour rien si je n’ai pas lâché mes compétences quand je suis devenue bourgmestre par la force des choses en 2017. Je n’étais pas préparée à céder mon bébé. Puis, je voulais aussi garder des compétences où je me sentais bonne. Si j’avais directement tourné la page, je me serais alors retrouvé totalement dans l’inconnue. C’était trop compliqué, j’avais encore besoin de cette référence."

Après avoir fait ses gammes au poste de bourgmestre pendant un an, la donne était alors différente. "Il est vrai qu’après, en y étant préparé, j’ai eu plus de facilité et plus de courage à confier mes compétences à quelqu’un d’autre." C’est alors Didier Mispelaere qui a été choisi.

"C’était la personne idéale de par ses compétences car il est infirmier comme moi et parce qu’il a travaillé pendant douze ans dans mon service. Il a été bénévole, il a tout suivi et connaît tout le monde. Des atouts qui sont loin d’être négligeables !"

La bourgmestre l’assure, elle ne compte pas jouer la belle-mère derrière le nouvel échevin.

"J’aime quand même savoir ce qu’il se passe dans le service. De toute manière, ils viennent souvent me parler, on discute, on partage mais je les laisse avancer eux-mêmes. En revanche, si j’ai quelque chose à dire ou à suggérer, je n’hésite évidemment pas ! Il faut dire que j’aurais bien imaginé continuer à être échevine pendant encore bien des années."