Ce lundi soir, en ouverture du conseil communal, la bourgmestre Brigitte Aubert a fait l'état des lieux de la situation sanitaire au sein de la commune. Et, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'est pas rassurant. En effet, les chiffres témoignent clairement d'une augmentation de la propagation du virus.

"Depuis la fin de la semaine dernière, ces chiffres repartent à la hausse", détaille la bourgmestre. Le taux d'incidence est quant à lui de 230 pour 100 000 habitants. Rappelons qu'au pic de la deuxième vague, ce même taux était monté jusqu'à 3500.

La situation des régions voisines de Flandre et de France est toute aussi inquiétante. "Vendredi, j'apprenais qu'elles sont d'ores et déjà catogrisées comme régions critiques en termes de remontée des contaminations, on peut donc supposer que nous connaîtrons la même évolution. Il est clair que nous nous trouvons à l'entame de la troisième vague de la crise sanitaire qui nous occupe depuis près d'un an. Le monde médical et scientifique s'accordent pour dire que les fêtes de fin d'année seront critiques. La moindre défaillance peut avoir des effets considérables et nous amener à une situation épidémiologique catastrophique et à une saturation du milieu médical."

Face à ce constat, Brigitte Aubert adresse un message à toute la population mouscronnoise. "Cette année, les fêtes auront une saveur particulière. Celle de l'espoir, car nous avons tous besoin de voir au plus vite, en 2021, le signe d'une victoire sur cette crise. Ensuite, celle de la solidarité dont nous avons fait preuve depuis le début de cette pandémie et que nous devons maintenir pour 2021. Enfin, celle de la responsabilité individuelle et collective qui nous poussera un peu plus à respecter les mesures sanitaires. Le plus beau des cadeaux que nous pouvons faire à nos proches et de fournir les efforts qui les protègent et qui nous ramènera à un retour à la normale." Un message qui peut évidemment être entendu au-delà des frontières mouscronnoises.