Le service des soins intensifs du CHMouscron n’a jamais connu une aussi grande fréquentation que depuis le retour du Covid-19 en cette deuxième vague.

"Il y a une semaine, ce service a accueilli jusqu’à 21 patients dans sa phase la plus critique. Hors période Covid-19, l’occupation habituelle est de 9 patients en moyenne, suivi post-chirurgie compris", souligne-t-on au CHM.

L’équipe de soignants fait face courageusement à cet afflux de patients. Une situation dramatique constatée qui semble difficilement se résorber.

De la place oui, mais…

La tendance du nombre de patients n’est pas à la baisse pour ce service, contrairement au service d’hospitalisation Covid-19 classique. À ce jour, le service des soins intensifs accueille encore 13 patients Covid-19 et 5 autres pour des pathologies diverses, mais certes pas moins inquiétantes.

Pour assurer la prise en charge des patients Covid-19 dans ce service spécialisé, il faut affecter plus de deux fois les effectifs habituellement prévus, soit 10 à 12 infirmiers(ères). Un travail éreintant et stressant pour 24 personnes qui se relaient quotidiennement pour prodiguer des soins de qualité. Une équipe sous tension, qui chaque jour réalise des gestes précieux pour chacun des patients présents dans cette unité. Des membres du personnel et des médecins avec des qualifications spécifiques livrent sans relâche des soins aux nombreux patients qui se retrouvent seuls pour lutter contre cette maladie.

En début de semaine, le service des soins intensifs du CHMouscron, à la limite de sa capacité d’accueil, a été contraint de transférer un patient dans une autre institution hospitalière faute de place. Le choix de transférer un patient vers une autre institution par manque de place n’est jamais facile, car les patients préfèrent toujours rester à proximité de chez eux. Le service a néanmoins aussi accueilli des patients issus d’autres régions car les hôpitaux les plus proches de chez eux étaient saturés.

Des médecins, des soignants, des paramédicaux… du matériel et des médicaments !

Des ressources humaines, il en faut davantage pour assurer le suivi des patients atteints du Covid-19, mais pas que… Ces malades ont besoin, dans des états critiques comme c’est le cas dans l’unité des soins intensifs, de beaucoup de matériel et de médicaments : respirateurs, masques, matériel pour une assistance respiratoire non invasive, tuyaux d’alimentation en oxygène, produits anesthésiants, antidouleur…Les quantités sont impressionnantes et les difficultés d’approvisionnement sont bien concrètes : seringues, produits anesthésiants…

"Chaque jour, les équipes font face à des patients qui décèdent et dont l’âge ne laissait guère penser qu’ils quittent leurs proches si rapidement. Respecter les mesures de sécurité et les recommandations de confinement, c’est respecter les professionnels et garantir l’accès aux médicaments et au matériel nécessaires pour prendre soin des personnes touchées par le Covid-19", indique-t-on encore au CHM.