C'était la douche froide au sein de la cité des Hurlus lors de la communication officielle des villes choisies pour accueillir des centres de vaccination en Wallonie. En effet, longtemps pressentie, la Ville de Mouscron n'a finalement pas été sélectionnée.

"Abasourdie, groggy mais pas KO, se dit la bourgmestre de Mouscron après cette annonce. Alors que Mouscron, étant donné sa densité de population parmi la plus élevée du Royaume, figurait sur la liste des centres de vaccination de proximité, notre commune a, par je ne sais quel coup de baguette magique, disparu de cette liste. Je n'ai été avertie officiellement d'aucun changement."

Brigitte Aubert explique encore ne pas savoir pour quelle raison sa commune n'a finalement pas été retenue. "C'est une catastrophe pour le taux d'adhésion au vaccin alors que nous disposons de toutes les infrastructures et du personnel soignant et que le Centre Hospitalier de Mouscron est pourtant retenu pour le stockage des vaccins."

Si la bourgmestre se dit profondément déçue pour ses citoyens, elle ne baisse pas les bras pour autant. "Je m'attelle, avec les forces vives de l'entité pour tenter de faire inverser la vapeur et ainsi faire revenir un centre de vaccination sur le territoire, c'est ma priorité absolue."

C'est d'ailleurs en ce sens que le Collège communal s'est réuni en urgence ce mardi. À l'unanimité, il s'est rallié à la position inflexible et déterminée de la bourgmestre.

Des démarches et des contacts ont très vite été pris avec le Ministre-Président de la Région wallonne Elio Di Rupo, avec le ministre régional Jean-Luc Crucke, la députée régionale Mathilde Vandorpe, le Gouverneur de la province de Hainaut Tommy Leclercq, le président du Cercle des Médecins Généralistes de Mouscron Alain Leroy, le directeur général du CHM Grégoire Lefebvre et le Commandant de la Zone de Secours de Wallonie picarde, Olivier Lowagie.