Mouscron - Comines Quatre des neuf radars seront opérationnels à partir de ce vendredi 15 mars.

À partir de ce vendredi 15 mars, les radars installés sur le territoire de la cité des Hurlus seront opérationnels. Du moins, une partie des neuf radars. En effet, cela sera le cas pour les deux situés à la rue de Menin et ceux de la rue de Roubaix et de la chaussée de Dottignies.

Les autres étant situés sur des voiries régionales, il en est du ressort du SPW comme l’explique Benjamin Martin, de la zone de police de Mouscron. "Cinq radars sur les neuf ont en effet été financés par la Région wallonne. Nous avons eu l’accord du ministre Di Antonio en juillet dernier. C’est donc le SPW qui va gérer leur installation, nous n’avons pas encore de date pour cette deuxième phase."

Pour rappel, les cinq radars en question sont situés à la chaussée de Lille, au sein de la Grand-Rue et trois le long du boulevard des Alliés. Les emplacements de la totalité des radars n’ont évidemment pas été choisis par hasard. "Plusieurs critères ont effectivement pesé dans la balance", affirme Benjamin Martin.

"Nous avons dans un premier temps classé les rues par nombre d’accidents, en priorité avec lésions corporelles. Nous avons ensuite identifié les critères, objectifs et subjectifs, à considérer avant de les pondérer afin de pouvoir déterminer les axes prioritaires."

De nombreux critères objectifs ont donc été pris en compte comme la densité des accidents constatés par tronçon de 100 mètres, le volume du trafic pour éviter d’installer un radar là où peu de véhicules passent, la présence d’une piste cyclable non protégée ou d’une piste suggérée, la présence fréquente et concentrée d’usagers faibles comme les enfants, d’écoles, de maisons de jeunes ou encore de la présence d’un virage dangereux ou susceptible de l’être si la vitesse est excessive. Un relevé du nombre d’accidents graves survenus entre 2015 et 2017 a également été réalisé.

Cinquante-sept rues, communales et régionales, ont alors été listées. "Les quatre premières rues représentent à elles seules 20 % des accidents avec lésions corporelles survenus sur l’ensemble du territoire de Mouscron", souligne Benjamin Martin. "Ces critères étaient évidemment importants, cela ne servait à rien de placer des radars gadgets juste parce que nous estimions que c’était bien de les placer là", poursuit pour sa part le chef de corps Jean-Michel Joseph.

Le but de cette installation est essentiellement de renforcer la sécurité des usagers faibles.

À terme, neuf radars seront donc en ordre de marche à Mouscron. Tous ne flasheront cependant pas en même temps. "Nous disposerons de deux cinémomètres, le corps du radar", dévoile Benjamin Martin. Le cinémomètre étant invisible, il sera impossible de savoir quels radars seront actifs. Il ne faudra pas non plus compter sur la lumière du flash pour cela puisque le flash est infrarouge. Impossible de le détecter, même si vous dépassez la vitesse autorisée en pleine nuit.

"Le cinémomètre sera placé dans la boîte du radar pour une période d’une semaine avant de changer de place. Il flashera évidemment 24h/24 et 7j/7. Dans les faits, il peut scanner jusqu’à six voies de circulation. Autant dire qu’il pourra flasher dans les deux sens de circulation." Les nombreux Français à circuler sur le territoire hurlu pourront également être verbalisés en cas d’excès de vitesse. "Cela vaudra d’ailleurs pour n’importe quel citoyen européen", souligne encore Jean-Michel Joseph.

La bourgmestre de la cité des Hurlus tient de son côté à souligner que ces radars ont essentiellement un but de prévention et non de répression. "Des panneaux seront d’ailleurs installés afin de prévenir de la présence de ces radars. On va d’ailleurs également dévoiler quels radars seront actifs, affirme Brigitte Aubert. On ne pourra donc pas dire qu’on prend les usagers de la route par surprise. L’objectif est réellement de réduire le nombre d’accidents et d’augmenter la sécurité des plus faibles, les piétons et les cyclistes."

Et pour casser l’idée que ces radars seraient installés seulement pour remplir les caisses communales, il faut savoir que quand vous payez votre amende, l’argent atterrit dans les caisses du Fédéral.

Ce dispositif de neuf radars pourra être renforcé à l’avenir. "On peut imaginer l’installation d’autres radars fixes mais également de radars tronçons ou encore de radars feux rouges, conclut Jean-Michel Joseph. En attendant, nous souhaitions un dispositif nécessitant le moins de manutention possible et c’est plus ou moins le cas. Les données seront envoyées automatiquement."