Mouscron - Comines Il sera valable pour les marchés aux puces organisés par les privés, l’associatif ou le public.

Les brocantes et la cité des Hurlus, c’est une fameuse histoire ! Fin 2013, le marché aux puces organisé le samedi matin a vécu ses dernières heures à la suite des découvertes réalisées par la police d’objets volés ou de contrefaçon.

Afin de satisfaire les brocanteurs, la Ville et le Syndicat d’initiative ont rapidement organisé dans la foulée, au sein du Centr’Expo, une brocante couverte.

Un nouveau marché aux puces en extérieur a par la suite (re)vu le jour du côté de la Petite Rue.

Ce dernier avait alors le but de redynamiser le centre-ville. D’abord mensuel à son lancement, puis hebdomadaire par la suite, l’événement a finalement pris fin en ce début d’année. "La fréquentation avait un peu baissé avec le temps, tant du côté des exposants que du côté du public, s’explique l’échevin Laurent Harduin. La dynamisation du centre-ville, qui était l’objectif premier, n’était pas non plus rencontrée. En effet, le marché était organisé un dimanche, les commerçants étaient alors fermés et ne s’y retrouvaient pas."

Organiser le marché aux puces de la Petite Rue un autre jour, comme le samedi, a également été imaginé. "Si le dimanche n’est pas une date idéale, le samedi ne va pas non plus parce que les exposants se placent face à la devanture des commerçants. Il y a aussi des problèmes pour les riverains qui doivent, par exemple, décharger leur voiture ou simplement rentrer chez eux."

Le conseiller Ecolo Marc Leman se demande de son côté s’il n’y aurait tout de même pas moyen d’organiser un événement en extérieur. "Il y a bien la brocante de la rue de Menin début septembre ou encore celle de Dottignies le 15 août. Elles drainent de nombreuses personnes. Il faut penser à ces personnes."

Une idée intéressante, mais le collège communal veut, avant cela, pouvoir établir un règlement de police sur les brocantes organisées tant par le public que par l’associatif ou le privé. En attendant, les brocantes couvertes du Centr’Expo permettent un meilleur contrôle.

"Les cinq brocantes couvertes au Centr’Expo accueillent à chaque fois 200 brocanteurs avec un système de rotation pour permettre à un maximum de gens d’avoir un emplacement. On demande leur identité, ce qui permet de limiter l’envie de fraude, de recel, de contrefaçon, etc. Un règlement d’ordre intérieur interdit d’ailleurs la vente d’objets neufs, de propagande, etc.", conclut l’échevin.