Dans ces temps difficiles de Covid-19, il est important de continuer à rêver. Et s’il y a bien une chose qui fait rêver petits et grands, c’est la magie. Pour certains, cette passion s’est révélée être une véritable vocation. C’est le cas pour Ryan Oural, originaire de Comines et apprenti magicien au Double Fond à Paris, l’unique école de magie diplômante au monde.

“À l’époque, j’étais scolarisé à Comines, au Collège de la Lys et à cette époque, on avait énormément de temps pour nous. Alors comme tout le monde, un jour, je me suis perdu sur YouTube et j’ai regardé des vidéos de magie. Après en avoir regardé plusieurs, j’ai essayé de les reproduire, jusqu’au jour où j’y suis arrivé devant ma classe. Tout le monde était impressionné, j’ai adoré cette sensation. J’avais l’impression de les faire rêver, c’est ce qui m’a poussé à continuer jusqu’au jour où j’ai commencé à créer mes propres tours”, explique le jeune homme âgé de 22 ans.

Après beaucoup de persévérance malgré les critiques, et surtout grâce à la passion, Ryan a eu l’occasion de signer un contrat de magie. “J’avais 16 ans quand on est venu me proposer mon tout premier contrat. Je gagnais 13 ou 20 € de l’heure, je trouvais ça incroyable d’être payé pour faire ma passion. Ça m’a beaucoup surpris, et ça m’a procuré de la fierté, mais aussi un sentiment d’accomplissement face à tous ces gens qui m’avaient rabaissé. Au fur et à mesure, j’ai pu gravir des échelons et aujourd’hui je peux vivre de ma passion. C’est incroyable”, déclare l’apprenti magicien.

Tout en continuant à monter les échelles, Ryan Oural a eu la chance d’entrer au Double Fond. Cette école parisienne emploie de réelles pointures de la magie tel que Dominique Duvivier et est parrainée par Eric Antoine.

“Après avoir eu la chance de décrocher un contrat pour un spectacle à Walibi, en France, j’ai été repéré par des producteurs. De là, j’ai entendu parler de l’école du Double Fond, mes parents m’ont poussé à tenter l’expérience. C’est donc ce que j’ai fait, et comme ils étaient au courant de ce que j’avais fait à Walibi, ils m’ont directement accepté, explique Ryan. Après cette formation, nous recevons un diplôme qui équivaut à un BAC+2. C’est la seule école de magie au monde à offrir un diplôme comme celui-là à la fin du cursus.”

Ryan ne s’arrête pas seulement à la magie. Le jeune homme pratique également l’hypnose, ce qui a donné naissance à un grand projet mêlant les deux disciplines, l’hypno-magie.

“Le but est de monter un spectacle complet d’hypno-magie. Je serai le premier magicien à pousser le concept aussi loin. J’espère que cela va fonctionner et que je pourrais me produire à Lille, à Paris et bien évidemment en Belgique. Après la crise sanitaire, je devrais aussi me produire dans une église à Tourcoing, qui a déjà accueilli de nombreux artistes. Je serais également présent deux fois à Paris et j’ai quelques contrats à Lille. J’étais déjà censé me produire au festival So W’happy, mais à cause du Covid, cela ne s’est pas fait. Mais je serais sans doute présent lors de la prochaine édition”, conclut-il.