Jérôme était le seul à comparaître au sein du tribunal correctionnel de Tournai parmi sept autres complices. Ils sont tous poursuivis pour des faits de stupéfiants et notamment la détention et la vente de drogues dures. En aveu, Jérôme, ancien SDF a confié à la barre être toxicomane depuis 35 ans. "Des menaces ont été faites sur ma famille. Quand on vous braque une arme sur la tempe, vous n'avez pas le choix", a indiqué le prévenu. 

La juge lui a également demandé pourquoi il n'avait pas dénoncé ces personnes auprès des services de police même, de manière anonyme. "J'avais l'opportunité de gagner de l'héroïne gratuitement et j'ai laissé les choses venir". 
 
Dépassement du délai raisonnable

Avec 26 condamnations à son actif, Jérôme faisait donc partie d'un important réseau de stupéfiants, composé de plusieurs dirigeants. Démarrant aux Pays-Bas, ce trafic est arrivé dans notre région en passant par Tournai, Mouscron, Courtrai ou encore Liège. Des véhicules étaient mis à la disposition des dealers afin qu'ils livrent les stupéfiants entre 4 à 5 fois par semaine. Les faits datant de 2015, le représentant du ministère public a donc pris en compte leur ancienneté. C'est pourquoi des peines allant d'un an à deux ans ont été requises. 
 
L'avocate de la défense a mis en évidence le dépassement du délai raisonnable. "Aujourd'hui, mon client a pris de l'âge et souhaite se reprendre en main. Il en a fini avec le milieu de la drogue". Une simple déclaration de culpabilité a été sollicitée. Le jugement sera prononcé le 26 avril.