Agé de 46 ans, Ludovic (prénom d'emprunt) est suspecté d'attentat à la pudeur. En août 2018, alors qu'il circulait en voiture, le prévenu a repéré des jeunes filles mineures au coeur de Comines. "L'auteur des faits est d'abord passé devant les trois victimes avant de faire demi-tour et d'ouvrir la fenêtre de son véhicule pour demander une fellation", a indiqué le représentant du ministère public. 

Devant la barre du tribunal correctionnel de Tournai, le prévenu est en aveux. "J'ai repéré ces jeunes filles sur la voie publique et je me suis mis à me masturber dans mon véhicule. J'étais en manque de relations sexuelles au sein de mon couple. En travaillant la nuit et ma femme la journée, nous avions rarement l'occasion de nous retrouver pour des relations intimes. En voyant les victimes, j'ai eu des pulsions". 
 
"Je n'ai fait que draguer"
 
Ludovic ne s'est pas arrêté là. Un mois après les premiers faits, il a remis le couvert dans une région de France. "Nous étions dans le même contexte", a précisé le prévenu devant la barre. Suivi par un psychologue pendant plus d'un an pour maîtriser ses pulsions, Ludovic a aujourd'hui indiqué son envie de se reconstruire. "Je regrette mes actes et je souhaite passer à autre chose".
 
Lors de sa 1ère audition, le prévenu a reconnu les faits tout en les minimisant au maximum. "Je n'ai fait que les draguer", avait-il déclaré devant les services de police. Déjà condamné pour exhibition sexuelle, Ludovic a donc fait quatre jeunes victimes de moins de 16 ans en deux mois. Pour le représentant du ministère public, il est primordial que le prévenu comprenne que ce comportement est inadapté. Une peine d'un an de prison a donc été requise. Quant à l'avocat de la défense, il a sollicité un sursis ou un sursis probatoire. Le jugement sera prononcé le 8 février.