Les êtres humains peuvent-ils commettre l'irréparable ? Apparemment, oui. La SPA de Mouscron a une nouvelle fois été confrontée à une situation odieuse voire même monstrueuse. Récemment, l'équipe de l'association a récupéré au sein de son refuge, deux Dogues Argentins en piteux état. Suite à une nouvelle saisie dans l'entité de Comines, où plusieurs chiens, lapins, poissons ou encore perruches vivaient dans des conditions abominables. La SPA de Mouscron a donc pris l'initiative de prendre en charge Pacha et Princesse ainsi qu'un American Staffordshire quelques jours plus tard. 

"Nous avons recueilli les plus maigres qui sont donc des Dogues Argentins. La femelle, Princesse, doit faire aujourd'hui 15 kilos alors que son poids devrait tourner autour des 35-45 kilos. En ce qui concerne le mâle Pacha, il pèse environ 19 kilos alors qu'il devrait en faire plus que le double. Princesse est arrivée mourante et a d'ailleurs dû être mise sous perfusion. Elle a une insuffisante cardiaque qui est due à son état de maigreur, ce qui signifie qu'elle devra prendre un traitement à vie. A l'heure actuelle, elle sait se relever seule pour manger. Pacha, quant à lui, à déjà repris 4 kilos et souffre d'un petit souffle au cœur", déclare Laura Willen, responsable de la SPA de Mouscron. 

Le chien de la race American Staff a également suivi ses fidèles compagnons au sein du refuge afin d'être entre de bonnes mains. 

"Cette chienne est arrivée dans un réel état de maigreur. Elle pèse 8 kilos et non 20 comme ce qui est normalement recommandé. Nous avons remarqué qu'elle possédait de nombreux escarres ainsi que des traces de brûlure. Pour les trois chiens recueillis, nous devons les surveiller régulièrement et les nourrir à petites doses toutes les deux heures. Leur état s'améliore mais nous ne pouvons pas dire qu'ils sont tirés d'affaire"
, conclut la responsable de la SPA. 

Afin de venir en aide à Pacha, à Princesse et à bien d'autres innocents, il est toujours possible d'effectuer des dons au profit de la SPA de Mouscron. Plus d'informations sur la page Facebook ou le site Internet de l'association. 
© D.R.