Ce jeudi soir, les élus de Comines-Warneton se sont réunis, virtuellement, à l'occasion d'un conseil communal extraordinaire qui n'a tourné qu'autour de la dotation communale à verser à la zone de secours de Wallonie picarde.

Le bourgmestre ff Didier Soete (Ensemble) a ainsi fait savoir aux conseillers que la ministre de l'Intérieur, des Réformes institutionnelles et du Renouveau démocratique, Annelies Verlinden (CD&V), avait, dans son arrêté du 28 janvier 2021, annulé la décision du 14 décembre 2020 du gouverneur de la province de Hainaut, en date du 14 décembre 2020, fixant au montant de 836 097,34 €, la dotation communale 2021 de Comines-Warneton à verser à la zone de secours. "La ministre justifie sa décision par le fait que la décision du gouverneur ne correspond pas au texte légal en vigueur", précise le bourgmestre ff.  

Après cette communication, il a donc fallu se pencher sur la dotation communale 2021 à la zone de secours puisque le gouverneur a pris un nouvel arrêté, le 22 février dernier. "Même si la proposition a été modifiée suite à la décision ministérielle, la dotation ne correspond pas tout à fait à l'esprit de la loi, notamment dans son critère population qui a été modifié de 96,5 à 97%, sans impact direct sur le chiffre global pour la Ville de Comines-Warneton." Didier Soete a ainsi également évoqué la fusion tactique et théorique des critères temps et superficie qui sont calculés en fonction des communes. "Ces critères ont été fusionnés par un calcul qu'on ne peut pas comprendre en interne. La circulaire ministérielle qui doit établir les formules de calcul n'est pas respectée."

Cette dernière parle en fait du calcul du temps moyen du temps d'intervention dans la zone dans les communes en accord avec les zones voisines. "Depuis des années, nous rappelons à la zone de secours qui nous dessert que Mouscron à des chiffres clairs et précis par rapport aux zones voisines et notamment la zone de Courtrai qu'on appelle la zone Fluvia, ce qui n'est pas le cas pour Comines-Warneton. Depuis des années, nous nous efforçons à obtenir des chiffres, notamment du nombre et du temps d'intervention qui se passe de Comines vers les zones flamandes limitrophes mais également dans le sens inverse. Nous avons reçu une réponse partielle concernant les interventions flamandes qui interviennent sur Comines."

Face à ces éléments, il a été proposé au conseil communal de valider un nouveau recours auprès de la ministre Verlinden. "Comines-Warneton a, historiquement, trois recours pendant au conseil d'État. Trois recours pour lesquels nous n'avons toujours pas de décision définitive. Cela a commencé en 2018, 2019 et 2020." Didier Soete assure que la Ville ne se bat pas pour avoir moins de frais financiers sur cette dotation. "Nous le faisons surtout pour avoir, pour notre population, un service efficient à 100% comme toutes les autres villes dépendant de la zone de secours Wapi." 

Ce nouveau recours a été voté à l'unanimité par les élus communaux.