Gymnaste pendant dix ans, Rebecca Debugne a découvert la Pole Dance par hasard. "J’ai vu une vidéo sur Internet, ça m’avait toujours attirée. Il ne m’a pas fallu plus d’une séance pour avoir la confirmation que j’adorais cette discipline", témoigne la jeune Mouscronnoise.

Souplesse, force et coordination : les trois critères principaux de son ancien sport sont aussi ceux de la Pole Dance, qu’elle pratique depuis cinq ans. " J’ai quitté Mouscron pour faire mes études à Mons. Je suivais des cours une fois par semaine. Après deux ans, je suis passée de l’autre côté de la barrière et j’ai donné cours moi-même, à Mons et à Nivelles. Mais l’envie de revenir au bercail était plus forte que le reste."

Une performance physique ? Artistique ? En action, la Mouscronnoise fait montre de toute sa grâce, qu’elle tente d’inculquer depuis le mois de février à ses élèves. " Je souhaitais ouvrir une école ici, sans trop savoir si ça allait marcher. J’avais peut-être un a priori négatif sur l’adhésion des Mouscronnois(es) à la Pole Dance."

Faire concourir ses élèves

Les deux derniers mois lui ont montré que les Hurlus n’étaient pas si frileux à cette discipline technique et spectaculaire. " J’accueille une quarantaine d’élèves, âgés de 11 à 50 ans, reprend Rebecca. C’est une belle surprise parce que je vois que ça plaît aux adolescentes, mais aussi aux trentenaires ou aux quadragénaires. Les hommes ? Pour le moment, je privilégie les cours destinés aux femmes. Mais pourquoi ne pas l’envisager prochainement ?" En dix cours, Rebecca inculque à ses élèves les rudiments d’une discipline qu’elle maîtrise sur le bout des doigts. " La première session a pris fin dernièrement. La deuxième session d’initiation débute le 6 mai prochain. Celles qui décident de continuer passent ensuite au niveau supérieur. " Jusqu’aux compétitions ? 

À l’heure actuelle, il n’y a aucune fédération belge de Pole Dance. "Mais ce sera bientôt le cas. Il y aura donc des épreuves locales ou régionales prochainement. Voir concourir mes élèves en compétition, c’est mon but. " Qui sait, peut-être qu’une apprenante accompagnera sa coach sur les épreuves internationales dans les années à venir ? En attendant, l’autre objectif à atteindre reste de déconstruire les préjugés autour de la Pole Dance. " Les gens pensent aux clubs de strip-tease. À tort, car il s’agit d’un sport aussi bien physique que technique. "