Ce jeudi 30 septembre, seule la compagne de la victime est représentée par une avocate à la barre du tribunal correctionnel de Tournai. Les deux autres prévenus ne sont pas là.

Le 24 août 2017, vers 23h30, le couple se rend dans un night-shop à Mouscron. Ils sont sous l’emprise de l’alcool. Devant le magasin, deux individus, F.D et H.M, accostent l’homme. La raison est toujours inconnue vu les nombreuses versions racontées à la police. Ils se mettent à le frapper, si bien qu’il se retrouve à terre. La femme en profite pour, elle aussi, lui donner des coups. Elle devient hystérique et insulte tout le monde. Le blessé est traîné derrière une camionnette et les violences se poursuivent. Dans son audition, la victime conclut à un guet-apens.

De l’acharnement

Plusieurs témoins ont appelé le 112. “ Je ne voyais même plus la personne à terre bouger ”, dit un voisin qui a vu la scène de sa fenêtre. L’avocate de la prévenue explique que sa cliente avait souvent des disputes avec son conjoint, qu’il l’avait déjà frappée à plusieurs reprises. Elle a effectivement montré des certificats médicaux et photos à la police. Elle avait peur de porter plainte. L’occasion s’est présentée “ de lui donner une leçon ”. “ Il m’en a fait voir de toutes les couleurs, mais je reconnais mes responsabilités ”, précise-t-elle dans une de ses auditions. Elle n’a aucun antécédent. Aujourd’hui, elle a une situation stable et une vie équilibrée. La défense demande à titre principal une suspension du prononcé et subsidiaire, un sursis simple.

Pour le Procureur du roi, il y a eu de l’acharnement. Les deux agresseurs masculins sont connus de la justice. L’un pour des faits de rébellion, stupéfiants et tentative d’extorsion et l’autre, pour huit condamnations !

Il réclame huit mois de prison pour l’ex-compagne et H.M., ainsi que dix mois pour F.D, qui est en état de récidive. Jugement est prononcé le 21 octobre.