Tournai-Ath-Mouscron Après avoir fermé ses portes en novembre 2016, le Refuge va de nouveau accueillir des demandeurs d’asile.

C’est une nouvelle qui en a surpris plus d’un qui a été annoncée ce jeudi par l’administration communale de la cité des Hurlus.

Ainsi, la bourgmestre Brigitte Aubert (CDH) a été prévenue ce mercredi par l’Agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile, Fedasil, que le centre d’accueil pour demandeurs d’asile, situé sur le site du Refuge, à la rue du Couvent, allait finalement rouvrir ses portes après avoir été fermé pendant un peu plus de deux ans.

Une décision qui fait suite au contact qui a été pris par Maggie De Block (OpenVLD), ministre fédérale des Affaires sociales et de la Santé, de l’Asile et de la Migration, avec Brigitte Aubert.

"La Belgique enregistre depuis plusieurs mois une hausse des demandes d’asile. Dans ce contexte, Fedasil cherche des places d’accueil supplémentaires et saisit toutes les opportunités adéquates d’infrastructures, dont celle du Refuge de Mouscron", explique-t-on du côté de l’administration.

Alors que les modalités d’organisation de cet accueil doivent encore être définies et que la date précise d’ouverture du centre n’est à ce jour pas connue, quelques informations ont filtré sans toutefois pouvoir être confirmées.

"Le centre d’accueil devrait ouvrir fin janvier 2019 et héberger 250 résidents. Il sera géré par les services de Fedasil." La Ville explique ne disposer à ce jour d’aucune information plus précise quant à la date d’ouverture du centre. La population sera toutefois bien tenue informée. "Les riverains ont été informés par courrier et seront d’ailleurs prochainement conviés à une réunion citoyenne organisée à ce sujet."

Des offres d’emplois nécessaires à la constitution de l’équipe professionnelle du centre seront diffusées à partir de ce vendredi sur le site internet de Fedasil (www.fedasil.be) et via le Forem (www.leforem.be).

Notons que le Refuge, un ancien hôpital géré par la société Bridgestock, avait initialement accueilli ses premiers réfugiés en novembre 2015. On en dénombrait jusqu’à plus de 500. Des dizaines de Mouscronnois étaient venus à l’époque leur souhaiter la bienvenue et leur montrer leur soutien.

M. Del.