Si le CDH perd des plumes à Mouscron, Mathilde Vandorpe conserve son siège de députée wallonne.

Résultats plutôt contrastés pour le CDH et Mathilde Vandorpe. Si le parti ne peut qu’acter son recul au niveau wallon et fédéral, il aura sauvé ce qui pouvait l’être en se maintenant en Wallonie picarde.

"À ce niveau, c’est clair qu’on ne s’en sort pas trop mal, souligne Mathilde Vandorpe qui conserve son siège de députée wallonne. C’est la reconnaissance du travail effectué. On sait que les élections, c’est toujours quitte ou double. Nous nous sommes toujours montrés à l’écoute du citoyen et ce dernier nous l’a bien rendu."

À titre personnel , Mathilde Vandorpe pourra se satisfaire de son score acquis dans sa commune, le premier tous partis confondus. "Je m’étais fixé l’objectif des 5 000 voix et j’ai finalement dépassé les 6 000. C’est évidemment une belle satisfaction qui ne peut cependant cacher mon inquiétude vis-à-vis de la montée des extrêmes."

Effectivement, la députée n’est pas non plus rassurée par la progression du PTB. "Ce parti, c’est comme le Vlaams Belang, le racisme en moins. En cinq ans, leurs députés n’ont jamais posé la moindre question. À cela, ils répondent que c’est parce qu’ils étaient toujours sur le terrain. Mais la politique, ce n’est pas que cela, c’est aussi chercher et trouver des solutions."

Le score du CDH en revanche est marquant au sein de la cité des Hurlus où le PS est passé devant.

"C’est interpellant parce que Mouscron a toujours été un des bastions du CDH. Après, il faut aussi relever que le PS était mené par Rudy Demotte qui est aussi très apprécié à Mouscron. On va maintenant voir la suite, j’ai entendu que le PS voulait prendre les choses en main. Nous sommes à l’écoute mais il est clair que nous n’irons pas dans la majorité juste pour dire d’y être."