Avec pas moins de 42 salles d’exposition, le Musée de la Vie rurale est incontournable.

Si vous ne savez pas quoi faire le jour de la Fête nationale, voici une idée de sortie susceptible de faire votre bonheur ainsi que celui de vos rejetons. Comme chaque 21 juillet, le Musée de la Vie rurale à Huissignies, dans l’entité de Chièvres, s’animera à partir de 12 h.

Installé dans une ancienne ferme du 17e siècle, ce musée comprend pas moins de 42 salles d’exposition où s’offre au regard des visiteurs une incroyable collection d’objets et de mobiliers récoltés au fil du temps. Autant de pièces uniques et authentiques qui évoquent les techniques et conditions campagnardes de nos aïeux au 19e siècle.

Les différents espaces accessibles au public témoignent des activités agricoles et artisanales de cette lointaine époque tout en représentant les différents aspects de la vie familiale, associative et culturelle.

La fabrication de sabots ou encore du pain et du beurre, le ferrage des chevaux et la lessive n’auront plus de secret pour vous après avoir accroché à votre tableau de chasse touristique ce musée qui subira dans un proche avenir des travaux de restauration et d’extension.

Après le dîner de la moisson et son jambon braisé, le public aura l’occasion d’assister dès 12 h 30 au battage des céréales à l’ancienne tout en parcourant une exposition de tracteurs et de batteuses appartenant à une époque révolue. Parmi les autres animations, épinglons un concert d’accordéon (17 h), une balade en chariot (14 h, 15 h et 16 h) ainsi que des visites guidées du musée programmées à 10 h 30, 15 h 15 et 16 h 15.

Petits et grands pourront également voir à l’œuvre une trépigneuse, dernière acquisition du musée. Cet engin agricole dont il ne subsiste que deux exemplaires en Wallonie était autrefois utilisé pour battre les céréales et séparer le grain de la paille.

Acquise dans un état impeccable voici quelques mois, cette machine fonctionne avec l’aide d’un cheval de trait qui se déplace sur un plan incliné pour la faire tourner. Depuis plusieurs semaines, le propriétaire entraîne son équidé pour que celui-ci soit fin prêt le jour de la démonstration.

Bruno Deheneffe