Tournai-Ath-Mouscron Le nouveau projet du parc fait polémique, notamment par rapport à la détention d’ours polaires

L’enquête publique relative à la Terre du Froid, le nouveau projet intra-muros du parc Pairi Daiza, vient de se clôturer. Dans le cadre de celle-ci, l’administration communale a réceptionné plus de 200 courriers électroniques émanant de particuliers et d’associations qui s’inquiètent principalement de la détention d’ours polaires. "Le collège n’est pas compétent pour se prononcer sur cette question qui relève d’une autre police administrative, en l’occurrence celle chargée du respect du bien-être animal. D’où la raison pour laquelle nous avons transmis ces courriels au cabinet du ministre wallon Carlo Di Antonio (CDH) dont c’est la compétence."

La commune a, en outre, enregistré quelques réclamations venant de résidents locaux qui se plaignent du non-respect du schéma d’orientation local, de l’absence d’étude complète par rapport aux incidences environnementales. Ils se plaignent aussi des inconnues en matière de gestion des eaux usées ou encore du non-respect des accords de Paris en sachant que la Terre du Froid nécessitera d’en produire énormément.

Du côté des collectifs citoyens du Pays Vert - Brugelette/Gibecq, on réagit aussi négativement.

"Comme dans le cas du projet Wilderness, nous constatons de nouveau le non-respect du schéma d’orientation local (SOL). Celui-ci prévoit une limite de 15 % de surface bâtie par rapport à la surface qu’occupera la Terre du Froid. Or, sa superficie (9.904 m2) représentera presque un tiers de l’attraction à bâtir, soit plus du double de ce qui est prescrit dans le SOL."

Les collectifs s’étonnent, en outre, qu’un tel projet puisse recevoir l’aval de la Région Wallonne qui s’est engagée au niveau de la lutte contre le changement climatique.

"Nous sommes interpellés par le soutien des autorités publiques à ce type d’investissement énergivore alors que la transition devrait en premier lieu passer par une réduction des consommations d’énergie", ajoutent les collectifs.

"Il est piquant de constater que la survie des animaux exposés dans ce futur jardin thématique est menacée par la destruction de leur milieu naturel à la suite du changement climatique. Lequel sera lui-même renforcé par le gaspillage d’énergie que constitue la Terre du Froid et par les émissions de CO2 des millions de visiteurs qui se rendront au parc pour admirer cette nature en voie d’extinction." B.D