Le prévenu avait peur d'être largué par son compagne qui ne voulait plus se chauffer au charbon. Il vient d'écoper de six mois de prison avec sursis.

Le tribunal correctionnel de Tournai a prononcé son jugement, jeudi, à l'encontre d'un homme de 48 ans renvoyé à la barre pour un important vol d'électrivité commis sur plusieurs années au préjudice d'Ores. Domicilié dans l'entité de Beloeil, O.G. a été condamné à 6 mois de prison assortis d'un sursis de trois ans couvrant la totalité de la peine. "A partir d'avril 2008, l'historique des compteurs montre clairement une chute significative des consommations au domicile du prévenu alors que celui-ci utilisait un grand nombre d'appareils électriques parmi lesquels quatre radiateurs et un boiler", souligne l'avocat de la société Ores qui s'est constituée partie civile. 

Les enquêteurs chiffrent le préjudice à 16.000€. "Le fraudeur est allé jusqu'à s'opposer à un relevé. Il s'était engagé à indemniser mon client, ce qu'il n'a jamais fait", ajoutera-t-il lors des plaidoiries. Pour sa défense, le prévenu a fait savoir qu'il se chauffait au charbon jusqu'au jour où sa compagne a exigé qu'il installe des radiateurs électriques car elle ne voulait plus se salir les mains! "J'avais peur qu'elle me quitte", ira jusqu'à prétendre O.G. lors de sa comparution. Abasourdie, la présidente lui a fait comprendre que l'amour avait bon dos dans cette affaire. "Si elle vous avez demandé de commettre un hold-up, j'en conclus donc que vous lui auriez également obéi?".