Durant la nuit de mardi dernier, une rixe s'était déclarée entre deux groupes de personnes au sein du parking autoroutier de Froyennes. Une patrouille du Val de l'Escaut avait pu constater qu'un migrant s'était réfugié au sein du commerce présent sur l'aire, il était alors blessé au genou.

"Suite à ce fait, j'ai énormément de sentiments qui m'animent et qui se bousculent. Est-ce de la colère, du découragement ou tout simplement les deux à la fois ?", se demande Paul-Olivier Delannois (PS), bourgmestre de Tournai. Ce dernier a ainsi adressé une lettre à Tommy Leclercq (PS), gouverneur de la province de Hainaut, afin de lui faire part de son état d'esprit.

"Cela fait des mois que je vous interpelle, que j'interpelle les ministres de l'Intérieur qui se sont succédé, le secrétaire d'État à l'Immigration ou encore le procureur. En retour, des réunions qui, au mieux, ne débouchent sur rien ou, pire, des réunions où les intervenants prévus ne prennent ni la peine de venir, ni même de s'excuser."

Paul-Olivier Delannois rappelle ainsi au gouverneur que gérer la ville de Tournai est sa passion, son quotidien avec des journées qui commencent tôt, des soirées qui se terminent tard tout en assurant une disponibilité 365 jours par an, vacances comprises.

"Je ne me plains pas car cette passion m'anime. J'adore tout simplement ce que je fais et, au-delà de toute philosophie, j'essaie de rendre agréable cette ville, en premier lieu pour les Tournaisiens mais aussi pour tout le monde qui souhaiterait s'y arrêter un jour ou plus. Donner une image positive et dynamique d'une ville se construit tous les jours, au quotidien, chaque minute. Par contre, pour démolir une réputation, cela peut aller très vite. C'est ce qui risque de se passer si personne ne réagit et cela, je ne le supporte pas, je ne le supporterai jamais. En un mot, comme en cent, j'en ai tout simplement marre. Trop is te veel."

Le bourgmestre indiquait avoir appris récemment que l'aire autoroutière de Froyennes était la moins sûre de Wallonie. "Cette publicité, je m'en passerais bien. Mais, ce qui me rend hors de moi, c'est que je ne suis pas compétent sur ce territoire-là. J'en subis les conséquences directes sans pouvoir agir. Chacun sait que la majorité des faits qui s'y déroulent sont l'œuvre de transmigrants. Chacun sait qu'ils y sont pour tenter de franchir illégalement l'Angleterre. Chacun sait que leurs parcours peuvent se terminer au fond de la Manche. Chacun sait que lorsque des ethnies différentes se rencontrent, cela peut déboucher sur des règlements de compte qui un jour finiront par l'élimination physique de l'un ou l'autre. Chacun sait mais tout le monde fait semblant de ne pas savoir... Je ne le supporte pas, je ne le supporte plus."

Paul-Olivier Delannois ajoute que de nombreuses questions lui sont posées. "Que dois-je répondre ?", se demande-t-il.

"À l'entrepreneur Dufour qui a dû investir des centaines de milliers d'euros pour protéger son entreprise qui était visitée tous les jours et où l'on retrouvait fréquemment des armes blanches ? Aux contrôleurs de trains qui m'informent que lorsque les transmigrants montent en nombre dans un wagon, ils n'ont d'autres choix que d'arrêter le transport ou de fermer les yeux en continuant à contrôler M. et Mme Tout-le-Monde ? Aux habitants de Froyennes qui s'inquiètent de voir déambuler de nombreuses personnes la nuit venue ? Aux policiers qui savent pertinemment bien que délivrer des ordres de quitter le territoire n'aboutit jamais à aucun résultat ? Aux camionneurs qui se font  agresser et qui doivent prendre des mesures pour protéger leurs véhicules ?"

Le bourgmestre de Tournai a ainsi demandé au gouverneur de faire fermer le parking d'aire autoroutière de Froyennes comme cela a été fait à Spy. "Je peux comprendre que des enjeux économiques soient en jeu mais, à l'heure où des pans entiers de secteurs sont à l'arrêt, j'estime que les intérêts de la Ville l'emportent sur toute autre considération privée."

Enfin, afin de minimiser l'impact économique sur les stations essences et services commerciaux, il pourrait être possible de faire fermer le site exclusivement la nuit. "Ce qui aurait déjà, à mon avis, des effets bénéfiques."

Les cartes sont désormais dans la main du gouverneur.