Lorsqu'on se promène dans la région du Pays des Collines, on constate malheureusement de plus en plus de dépôts clandestins dans les carrières, les fossés, les chemins sans issue ou encore à proximité des bulles à verres ou des conteneurs à vêtements.

Ce fut encore le cas ce week-end, dans le village de Dergneau où un dépôt a eu lieu à proximité du conteneur à vêtements, rue de l'Eglise.  "C'est régulier, il y a cela partout", déplore André Duthy, échevin des Travaux de la commune de Frasnes. En effet, il ne faut pas habiter cette région pour apercevoir des dépôts clandestins dans la nature.

Il ne faut cependant pas en faire une généralité. "90 % de la population sont civilisés et font attention à l'environnement et les 10 % restants sont des cochons". Quand des dépôts clandestins sont signalés, l'agent constatateur est obligé d'ouvrir les sacs, s'il y en a, dans l'espoir de retrouver des documents dévoilant l'identité d'une personne.

Les objets sont ensuite pris en charge par les employés de la commune afin que la voie publique soit dégagée. "Il faudrait des caméras partout", ajoute l'échevin. En effet, en ayant des caméras à proximité des zones où généralement se produisent les dépôts, cela permettrait de connaître l'identité des personnes inciviques.

Cette pratique entraîne la question du droit à la liberté ainsi qu'à l'intimité des citoyens. " Celui qui n'a rien à se reprocher ne verra pas d'inconvénient. Cela dérangera les autres." Il est important de rappeler que les dépôts clandestins peuvent être punissables et les amendes sont estimées à 250 euros si l'auteur des faits est retrouvé. Il est donc indispensable de respecter la loi afin de préserver notre planète qui souffre déjà assez au quotidien.