Rebaix: la future caserne débloquera-t-elle le dossier de la N56 ?

Le bourgmestre de Lessines a profité de la visite du chantier de construction du futur arsenal des pompiers athois et lessinois pour rappeler la nécessité de finaliser la route de contournement de sa ville jusqu'à Deux-Acren.

B.D
Rebaix: la future caserne débloquera-t-elle le dossier de la N56 ?
©B.D

La mise en service d'ici quelques mois de la nouvelle caserne de Rebaix (Ath) où seront regroupés les services-incendie des villes d'Ath et de Lessines, permettra-t-elle de débloquer l'épineux dossier de la nouvelle route de contounement de la cité de Magritte? C'est en tout cas ce qu'ose espérer le bourgmestre Pascal De Hanschutter (PS) qui a profité voici quelques jours de la visite du chantier de construction du futur arsenal pour lancer une piqure de rappel en insistant sur l'importance de finaliser la N56 jusqu'aux limites de la frontière linguistique à Deux-Acren. 

Lors de cette visite, le maïeur lessinois a remercié les principaux responsables de la zone de secours de Wallonie Picarde - à savoir son président Paul-Olivier Delanois (bourgmestre de Tournai) et le commandant Serge Lowagie - d'être intervenus personnellement auprès du ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry (Ecolo), pour lui rappeler la nécessité d'achever le chaînon manquant auquel Pascal De Handschutter fait allusion entre les chaussées de Renaix (N57) et de Grammont.  

"De part sa localisation sur la route des régions (N56), la caserne de Rebaix présente pour la ville de Lessines un avantage dans la mesure où celle-ci se situe sur un axe pouvant aller jusqu'à Deux-Acren. Il en va de la sécurité des habitants de ce village de l'entité lessinoise situé à deux pas du territoire francophone. Il y a là un dernier petit bout de route de 2km à terminer pour permettre aux hommes du feu qui seront casernés à Rebaix de pouvoir intervenir jusque là-bas dans des délais rapides sans devoir faire appel aux collègues de Grammont. Il ne s'agit pas d'un nouveau chantier à mettre en oeuvre mais, nuance, d'un chantier à finir tout en sachant qu'il a fallu attendre 30 ans pour que cette liaison aboutisse", souligne le bourgmestre de la cité du Porphyre. 

Jusqu'à présent, ni les motions adoptées par le conseil communal de Lessines ni les pétitions signées par de nombreux habitants du territoire concerné ne sont parvenues à infléchir la position du gouvernement wallon qui a décidé de suspendre, voire d'abandonner dans son programme d'investissements la création de nouvelles routes, au profit d'aménagements favorisant la mobilité douce tout en répondant à des enjeux climatiques. 

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be