La Coopérative d'agriculteurs Coprosain cherche repreneur

La coopérative Coprosain (Ath) a obtenu un sursis supplémentaire de trois mois auprès du tribunal de l’entreprise de Tournai.

Belga
Ath, coprosain en PRJ
©FSHE01

Le tribunal de l'entreprise de Tournai a décidé mercredi de placer la coopérative d'agriculteurs athoise Coprosain en procédure de réorganisation judiciaire par transfert d'actifs. Cette décision fait suite à une requête de la coopérative, qui se trouvait depuis janvier 2022 en réorganisation judiciaire par accord amiable. Créée il y a 35 ans, la coopérative soutient "le concept innovant de commercialiser des produits sains et locaux principalement issus des entreprises agricoles des coopérateurs", indique le communiqué publié jeudi par la direction. Coprosain regroupe aujourd'hui une septantaine de producteurs et compte plus de 70 salariés. Elle exploite trois magasins à Ath, Braine-l'Alleud et Tournai, ainsi que deux camions qui desservent des marchés de plusieurs communes bruxelloises, dans le Brabant wallon et le Hainaut.

Mercredi, le tribunal a accepté la requête et a accordé un sursis supplémentaire courant jusqu'au 22 septembre, afin de valoriser au mieux les actifs de la coopérative par un transfert partiel, complet ou par appartement de ces actifs sous la responsabilité du mandataire judiciaire, indique encore le communiqué.

Malgré la croissance du marché en 2020, l'entreprise a rencontré des difficultés à rentabiliser son modèle économique d'intégration de la transformation viandeuse et de la distribution. Elle a obtenu le 12 janvier d'être placée sous le régime de la procédure de réorganisation judiciaire par accord amiable, et un sursis de 6 mois, rappelle la direction.

Expliquant que l'année 2022 a connu une décroissance de plus de 20% sur le marché du local et du bio, elle souligne que Coprosain n'a pas fait exception à cette évolution du marché. La baisse de chiffre d'affaires enregistrée de la coopérative a atteint plus de 30% en tenant compte de la fermeture au 31 décembre 2021 de son magasin de Mons.

Malgré cette décroissance, la coopérative est parvenue à respecter ses engagements liés à la procédure de redressement judiciaire. Les salariés, les fournisseurs et les organismes d'état ont été payés dans le respect des délais convenus durant la période de sursis, ajoute la direction.

Mais face au constat de dégradation du marché et à l'impossibilité de projeter un remboursement même partiel de la dette issue de la procédure de réorganisation judiciaire, le Conseil d'Administration (où siège la Région wallonne, qui soutient financièrement Coprosain) a mandaté la direction générale pour requérir auprès du Tribunal la procédure de réorganisation judiciaire par transfert d'actifs.

La période de sursis permettra d'établir les contacts avec de potentiels investisseurs -coopérateurs ou non - qui seront à la base d'une nouvelle entreprise. L'actuel Directeur général Jean-Paul Chantry croit à son avenir et se dit convaincu du potentiel du modèle économique de la coopérative, même si elle sera en faillite sous sa forme actuelle.

Ce modèle peut être renforcé dans la transformation viandeuse, l'approvisionnement en circuit court dans les légumes ou les produits laitiers. La gamme peut aussi être étendue vers des plats préparés à partir d'ingrédients sourcés en circuits courts, indique encore la direction de Coprosain.

Côté syndical, la CSC dit espérer qu'un repreneur se manifestera pour reprendre l'ensemble des activités de la coopérative, malgré la période de congés à venir.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be