Un cochon et quatre coqs laissés à l’abandon à Ath

L’équipe d’Animaux en Péril a pris en charge ces animaux livrés à eux-mêmes.

M.P.
Un cochon et quatre coqs laissés à l’abandon à Ath
©ANIMAUX EN PERIL FACEBOOK

Mardi 20 septembre, Animaux en Péril a été contactée par les autorités locales pour la prise en charge de quatre coqs et d’un cochon abandonnés sur un terrain à Ath.

Les animaux étaient livrés à eux-mêmes suite au départ des locataires du terrain, visiblement insensibles au sort de leurs animaux puisque ces derniers ne disposaient d’aucune ressource pour survivre. Les voisins, inquiets, ont dénoncé la situation aux autorités qui ont rapidement fait le nécessaire auprès d’Animaux en Péril afin de sortir les animaux de ce capharnaüm.

Arrivée sur place en début d’après-midi, l’équipe d’Animaux en Péril est révoltée de découvrir des animaux enfermés et totalement abandonnés. Les conditions de détention des animaux sont inacceptables : les coqs, des croisés combattants anglais, sont enfermés individuellement dans de minuscules cages.

Ces poulaillers de fortunes sont envahis de déjections et ne répondent pas aux besoins de ces oiseaux. Les coqs sont affamés et maigres, bien que nourris depuis quelques jours par une voisine bienveillante et attristée par le sort des animaux présents sur place. Malheureusement, deux coqs n’ont pas survécu à ces mauvaises conditions de détention, les cadavres sont découverts quelques mètres plus loin.

Le cochon vivait quant à lui dans un espace très réduit, enfermé sans nourriture ni eau. Il souffre manifestement d’un déficit de croissance dû aux carences alimentaires, ce qui explique sa petite taille pour un cochon de race Mangalitza âgé de quelques mois.

Le sol de l’abri de fortune n’était plus qu’un mélange de boue et d’excréments, le cochon avait uniquement la possibilité de grimper sur une palette pour pouvoir se mettre au sec, elle-même disposée par le voisinage pour tenter de soulager l’animal de l'humidité avant l’arrivée du refuge. Une partie du toit du kot a notamment disparu, envolée ou retirée, ce qui laissait le cochon à la merci des conditions météorologiques.

Tous les animaux ont rapidement été placés dans des cages de transport puis dans les véhicules de l’association, sans encombre et dans le calme. Une fois au sein du refuge de Meslin l’Evêque, les coqs et le cochon ont rejoint des boxes de quarantaine couverts de litière propre et équipés en abreuvoirs automatiques.

Une fois le protocole de quarantaine terminé, le cochon rejoindra un congénère de son espèce dans un enclos équipé pour les besoins des cochons : mare à boue, abri généreusement garni de paille comme espace de repos et parcelle de terre à retourner à sa guise. Les coqs seront quant à eux intégrés progressivement dans notre groupe de coqs où des perchoirs, mangeoires et espaces de liberté les attendent.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be