Marché de Frasnes-lez-Anvaing: "Les clients restreignent la quantité de leurs achats"

Pour les commerçants ambulants, la crise modifie le comportement d'achat des clients et les éloigne même des marchés.

M.P.
Marché de Frasnes-lez-Anvaing: "Les clients restreignent la quantité de leurs achats"
©M.P.

Tous les vendredis matins, le marché de Frasnes prend ses quartiers sur la place de l'hôtel de Ville. Face à la crise énergétique et économique, les commerces ambulants semblent bel et bien présents pour offrir leurs produits aux fidèles clients. Mais vu l'actualité morose, ces indépendants restent unanimes...

"Les clients commencent à demander et à regarder les prix. Ils restreignent également la quantité de leurs achats", expliquent les gérants de Ma Belle Cocotte, commerce spécialisé dans l'alimentaire. "Quant à nous, pour l'instant, nous essayons de maintenir nos prix mais ce n'est pas évident. Dans notre activité, il est impossible de modifier notre consommation d'énergie. Nous ne savons pas cuire plus vite ou moins vite".

Parmi les commerces ambulants présents, on retrouve Roseline qui ne manquerait pour rien au monde l'événement hebdomadaire, munie de ses multiples vêtements en tout genre. "Les clients achètent beaucoup moins. Au lieu d'acheter deux ou trois pièces, ils ne vont plus s'en procurer qu'une. Je me rends sur les marchés cinq fois par semaine et le constat est le même: la population s'inquiète", poursuit la commerçante.

Née dans le secteur, Roseline n'a jamais connu une telle situation. "C'est la première fois", s'exclame-t-elle. "Cette crise n'est pas comparable à celle des années 80".

Bien entendu, pour se faire du bénéfice, elle n'a pas eu d'autres choix que d'augmenter ses tarifs. "Désormais, je travaille avec des fournisseurs qui proposent des prix plus démocratiques".

Du côté des clients, leur discours semble davantage positif. "A l'accoutumée, je ne m'occupe pas des courses", relève un client du poissonnier. "Mais, avec ma femme, nous n'avons nullement modifié notre comportement d'achat. Comme nous avons beaucoup travaillé dans le passé, nous pouvons nous le permettre. Malheureusement, ce n'est pas le cas de tout le monde. Néanmoins, nous faisons davantage attention à nos déplacements vu le prix du carburant".

Pour une autre fidèle, hors de question de zapper sa routine. "Tous les vendredis matin, je viens faire mon tour. Je ne me prive pas même des petits plaisirs", conclut la frasnoise.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be