Aloïs de Groeve, originaire d'Ath, est porteur d'un handicap qui touche précisément l'hémisphère droit du cerveau, depuis la naissance. 
 
"Mon handicap est un problème depuis que  je suis né. C'est une malformation qui cause particulièrement une paralysie du côté gauche de mon corps. J'ai pu retrouver malgré tout, l'usage de ma jambe grâce à de longues séances de rééducation. Par ailleurs, ma main est restée totalement paralysée. Cette malformation paralyse aussi ma langue, ce qui entraîne évidemment des difficultés au niveau du langage", précise Aloïs. 
  
Pour le jeune homme âgé de 21 ans, ce handicap est désormais encré en lui et l'accepte malgré les moments un peu plus difficiles. 
    
" Au quotidien, je le vis assez bien. Le handicap fait partie de moi, parfois il m'arrive même de l'oublier. Ce qui est le plus difficile, c'est la communication avec les autres. En effet, ils ont du mal à me comprendre et cela ne facilite pas du tout les nouvelles amitiés. Bien évidemment, j'ai des hauts et des bas comme tout le monde. Ce qui me remonte le moral, c'est de me retrouver avec mes amis et dessiner. J'ai une véritable passion pour le dessin graphique".
 
Malgré l'évolution des mentalités, Aloïs trouve que certaines personnes ont encore du mal à accepter qu'un individu puisse être porteur d'un handicap.  
    
"Les personnes ont généralement encore un regard négatif sur le handicap. Personnellement, j'ai envie de casser cette image et faire évoluer les mentalités. Après mes études, je me suis rendu compte qu'il n'y avait plus aucune aide pour m'aider à trouver un travail. Et malgré mes nombreuses tentatives, les réponses sont toujours négatives", conclut Aloïs de Groeve.