C'est par hasard, que Stefanie s'est lancée dans la création de cadres. Lors d'une promenade, sa fille s'est mise à jouer avec des galets. Cette scène a été un déclic pour cette jeune femme qui, avait déjà créé dans le passé des cadres afin de décorer la chambre de ses enfants.

Aujourd'hui, Stefanie élabore différents cadres à l'aide de galets et d'autres objets naturels. "Chaque cadre est différent et chaque réalisation est unique. Les fleurs ne sont jamais les mêmes et les galets non plus", déclare la gérante du Petit Poucet.

Sur les différentes créations, on peut y retrouver systématiquement, un oiseau dessiné grâce à des galets. Une volonté de la part de cette artiste mais aussi de sa clientèle. "Les petits oiseaux sont mignons. Ils correspondent à la liberté. Parfois, on me demande un chat ou un chien. Mais, en général, les gens se basent sur ce qu'ils voient".

Ses créations sont généralement destinées aux anniversaires, à une naissance, à un mariage ou encore à un enterrement. Un cadeau personnalisé qui touche la plupart des personnes. "En offrant un cadre personnalisé, cela prouve que la personne y a réfléchi. Durant le confinement, j'ai constaté que les gens avaient besoin de se dire je t'aime et d'exprimer leurs sentiments. Avec un cadre comme celui-ci, on transmet un message et on offre une émotion. Ce n'est pas le cas d'un cadre traditionnel", précise Stefanie.

Un autre regard sur l'artisanat

Pendant la pandémie, Stefanie a pu constater que le comportement des gens avait changé ainsi que leur regard vis-à-vis de l'artisanat. "Au cours de la première vague, j'ai dégusté. Les gens ont eu peur et étaient très individualistes. A la deuxième, ils ont changé leur fusil d'épaule. En ce qui concerne leur vision de l'artisanat, je pense qu'avant, la population trouvait cela cher et elle considérait l'artisanat comme étant du brol. Aujourd'hui, les prix sont abordables et les gens retournent vers la nature. Ils veulent savoir d'où viennent les objets qu'ils achètent", déclare la jeune femme.

Pour l'instant, Stefanie souhaite développer son commerce et poursuivre sa passion. "Je veux agrandir mon commerce. Car, je sais que je ne suis pas connue dans la région. Je dois essayer de sortir de ma zone de confort pour me faire connaître. Il faut parler de soi et je pense que le meilleur moyen, c'est le bouche-à-oreille. Comme dit l'expression: petit à petit, l'oiseau fait son nid", conclut la gérante du Petit Poucet.