Le dossier très controversé « Boucle du Hainaut » d’Elia est toujours au centre des débats dans les 14 communes hainuyères repris sur le tracé de cette ligne à très haute tension de 380.000 volts qui, à l’horizon 2030, pourrait voir le jour entre Avelgem et Courcelles. Si les très nombreux opposants au projet auraient souhaité que le parlement wallon à qui reviendra la décision d’octroyer ou non les permis nécessaires le rejette en bloc, ils ne relâche pas pour autant la pression sur les décideurs locaux et régionaux.

A Ath, le bourgmestre Bruno Lefebvre (PS) avait d’emblée proposé à l’issue de l’enquête publique de mettre en place un comité consultatif citoyen afin de permettre un dialogue transparent et régulier.

Le groupe d’action « Revolth » avait reproché à Elia, porteur de projet, le manque d’information et de dialogue sur un dossier aussi important pour les habitants dont la santé pourrait notamment être mise en danger à cause du rayonnement des ondes électromagnétiques

Outre la mise en place de ce comité citoyen, le bourgmestre de la capitale du Pays Vert ainsi que le président de l’intercommunale IDETA avaient sollicité de la part d’Elia une analyse objective des besoins énergétiques sur le territoire et surtout une analyse claire et précise de l’impact d’une ligne à très haute tension sur la santé humaine et animale.

« Aujourd’hui, nous avons reçu plusieurs candidatures de participation au comité consultatif citoyen. Je suis heureux car la répartition géographique est intéressante et nous avons décidé d’accepter toutes les candidatures apolitiques, lesquelles sont au nombre de douze », précise-t-il.

Afin d’éviter toute récupération politique sur un débat qui se veut citoyen, le comité restera, comme indiqué, apolitique. Les candidats élus politiques ou habitants d’autres communes, recevront tous les PV de réunion et toutes les informations utiles en temps et en heure. Toutefois, si le comité travaillera plus dans le détail, le bourgmestre veillera à ce que l’ensemble des citoyens intéressés soient informés à la fois par les personnes-relais qui constituent le comité ainsi que par la ville d’Ath.