Voici quelques mois, la société Framax avait introduit auprès de la ville d'Ath une demande de permis intégré en vue d'implanter et d'exploiter le long de la chaussée de Tournai un magasin Tom&Co, enseigne spécialisée dans l'alimentation et les accessoires pour animaux. Le promoteur vient de recevoir le feu du ministre de l'Aménagement du territoire, Willy Borsus (MR), pour concrétiser ce projet mixte reposant sur un investissement de l'ordre du million d'euros. Celui-ci prévoit la construction d'une surface commerciale de 537m2 équipée d'un parking de 13 places dont une pour les personnes à mobilité réduite ainsi que l'aménagement d'un appartement situé au 1ère étage de cette animalerie.

Une réserve avec des bureaux et des sanitaires est également prévue sur le terrain convoité par la société Framax qui a racheté la villa occupant cette parcelle et qui sera démolie pour faire place à ce projet se caractérisant par une double vocation à la fois commerciale et immobilière. Malgré l'octroi du permis, l'arrivée d'un Tom&Co à cet endroit est loin de faire l'unanimité.

Avant de se positionner en faveur du projet, le collège communal avait émis des réserves sur celui-ci, demandant à l’investisseur d’apporter des modifications urbanistiques par rapport aux plans initiaux. Ce dernier a notamment été invité à revoir à la baisse la hauteur du batiment tout en l’intégrant mieux dans une zone affectée à l’habitat. “Dans la mesure où le promoteur a répondu aux attentes de la Ville, celle-ci n’avait plus aucune raison de s’opposer au projet d’autant que celui-ci ne fait pas concurrence aux boutiques de proximité du centre-ville. La chaussée de Tournai se prête, en outre, idéalement au développement de ce type de commerces de plus grande taille”, indique Nathalie Laurent, échevine du Développement économique et du commerce.

Par contre, d'autres instances ont remis un avis négatif. C'est le cas du conseil consultatif d’aménagement du territoire et de la mobilité (CCATM), du fonctionnaire délégué du SPW ou encore de l'Observatoire du commerce qui redoute le développement à la périphérie de la capitale du Pays Vert d'un nouveau pôle commercial qui fasse concurrence aux magasins de proximité du centre-ville, lesquels souffrent terriblement depuis le début de la crise sanitaire.

Pour toute une série de raisons, les riverains continuent à vivement contester la décision des autorités locales sur laquelle s'est aligné le ministre wallon en charge de la délivrance du permis. Ils invoquent à la fois des problèmes de sécurité routière à la sortie d'un rond-point tout proche mais aussi un risque de dévaluation des biens immobiliers tout en pointant une inadéquation entre la destination initiale de la zone d'affectation et l'évolution commerciale. Un recours de leur part devant le conseil d'Etat n'est pas à exclure.

Si la justice n'est pas saisie, Tom&Co ne débarquera pas en terre inconnue puisque voici quelques années, la célèbre chaine possédait un point de vente dans l’intra muros athois et plus précisément à la rue du Moulin. Ce magasin a fini par fermer, avant que l’enseigne ne revienne avec un nouveau projet à la périphérie urbaine lui permettant, entre autres, d’aménager une aire de stationnement réservé à sa clientèle