La campagne de vaccination contre le Covid-19 orchestré par l'Aviq a démarré voici quelques jours en Wallonie Picarde, ciblant prioritairement comme ailleurs en Belgique les personnes à risque qui, de part leur grand âge ou leur activité professionnelle, sont plus exposées que d'autres au coronavirus. A savoir les pensionnaires et le personnel des maisons de repos ainsi que celui des centres hospitaliers.

A Enghien, les résidents du home Saint-Nicolas ont été les premiers du triple arrondissement à recevoir la première dose du vaccin commercialisé par le laboratoire américain Pfizer-BioNtecha. Au total, près de 95% d'entre-eux, soit 120 des 127 pensionnaires que l'établissement géré par le CPAS héberge, ont accepté de se faire vacciner. L'engouement pour la piqure a été moindre du côté des membres du personnel puisqu'environ 50% des travailleurs se sont faits à ce stade inoculer le vaccin.

Dans la capitale du Pays Vert où le bourgmestre Bruno Lefèbvre ne ménage pas ses efforts pour qu'un centre de vaccination puisse s'y implanter à court terme, le CPAS vient à son tour de procéder à la vaccination des résidents et du personnel du home Les Primevères dont le taux d'occupation se situe aux alentours d'une nonantaine de seniors. La majorité des aînés fréquentant le site (87%) ont accepté de se faire vacciner", indique Jérôme Salingue.

Et le président du CPAS de préciser que la vaccination n'est pas obligatoire mais conseillée et que si l'état de santé d'un résident ne lui permet plus au CPAS d'obtenir librement son consentement, l'institution doit s'adresser préalablement à son médecin traitant ou à sa famille pour l'obtenir. En ce qui concerne le personnel des Primevères, un travailleur sur deux a émis le souhait de se faire injecter la premièe dose du vaccin de chez Pfizer acheminé depuis le CWHAPI à Tournai", poursuit Jérôme Salingue.

Jeudi prochain (21 janvier), ce sera au tour des pensionnaires et du personnel de la La Roselle, la seconde maison de repos gérée par le CPAS athois, à bénéficier du vaccin sur lequel la communauté scientifique et les populations du monde entier fondent tous leurs espoirs pour éradiquer ou du moins contrôler cette épidémie apparue chez nous voici bientôt un an.

"Dans la plupart des échanges que j’ai pu avoir avec les résidents, ces derniers aspirent à pouvoir enfin revivre presque normalement dans les mois qui viennent grâce à ce vaccin. Nous avons la chance d’être prioritaire avant le personnel hospitalier qui n’a pas démérité depuis le début de cette crise sanitaire. Il était donc important pour nous de répondre présent et que cela se passe de la meilleure des manières".

Le président du CPAS tient encore à remercier le médecin-coordinateur, le Dr Francq, pour la gestion et l’organisation sans faille de cette première journée de vaccination, de même que l’ensemble du personnel qui a géré et orchestré cette campagne inaugurale de vaccination. "Tout le monde y a mis du sien pour que celle-ci se déroule dans les meilleures conditions pour nos résidents et pour nos différents agents"