S'il y a bien un carrefour actuellement très problématique dans la cité des Géants, c'est bien celui de la rue Defacqz et de la chaussée de Bruxelles. Aux problèmes de mobilité qui se traduisent par des embouteillages aux heures de pointe s'ajoute une certaine dangerosité tant pour les automobilistes que pour les cyclistes ou encore les piétons circulant à cet endroit. 

Les chiffres ne mentent pas. En moyenne, les services de police déplorent chaque mois un accident dans la traversée de ce carrefour situé juste avant le pont surplombant un bras de la Dendre et de chaque côté duquel se trouvent les boulevards de ceinture bordés de grandes arbres et qui devenus prioritaires voici quelques années. 

Parmi les causes de ces accrochages récurrents figurent le manque de visibilité mais également des refus de priorité. Il n'est pas rare, en effet, que certains conducteurs venant de la rue Defacqz ne respectent pas le stop ou s'engagent de manière hasardeuse, voire imprudente, au moment où des véhicules prioritaires franchissent le carrefour depuis les boulevards latéraux. 

"Nous avons reçu des plaintes concernant les problèmes de sécurité et de circulation qui se posent quotidiennement à hauteur de ce carrefour constituant une des principales entrées de la ville", indique le bourgmestre Bruno Lefèbvre (PS). Afin de remédier à cette situation, la Ville a entamé des négociations fructueuses avec le SPW tout en sachant que la chaussée de Bruxelles est toujours actuellement une voirie régionale dont la gestion est du ressort de la Région Wallonne. 

Celle-ci a finalement accepté de financer et de réaliser l'aménagement d'un rond-point en lieu et place du carrefour existant au bout de la rue Defacqz, juste avant le pont de la Dendre. Les travaux de construction de ce giratoire qui verra le jour au croisement de la voirie précitée et des boulevards de ceinture débuteront le 2 août prochain. Il s'agira d'une structure relativement légère selon les informations en possession du maïeur. 

Le bourgmestre s'est réjoui de pouvoir annoncer cette bonne nouvelle aux mandataires locaux lors de la dernière réunion du conseil communal. L'opération est d'autant plus avantageuse pour la Ville que le futur carrefour en forme de rond-point ne lui coûtera pas un euro. 

"Une fois que le giratoire sera finalisé, la chaussée de Bruxelles redeviendra une voirie communale sur sa portion comprise entre le nouveau rond-point et la station-service Total. De ce côté-là, c'est-à-dire de l'autre côté du pont de la Dendre, des aménagements pour les personnes à mobilité douce et réduite remplaceront ultérieurement le dispositif actuel régi par le même système de priorités. Ces travaux faisant partie d'une seconde phase seront là encore subsidiés par le SPW mais dans le cadre d'un autre programme d'investissement", précise encore le bourgmestre de la capitale du Pays Vert.