Il y aura déjà bientôt un an que la nouvelle passerelle contemporaine reliant le nouveau quartier résidentiel de la chaussée de Mons à la gare et au centre-ville a été posée au-dessus de la Dendre canalisée. Nombreux sont les Athois à s'étonner que les piétons et les cyclistes ne soient toujours pas en mesure de l'emprunter.

Lors du récent conseil communal, le conseiller de l'opposition La Liste Athoise, Raymond Vignoble, s'en est inquiété tout en interpellant le collège pour connaître les raisons qui empêchent sa mise en service. "Ce retard est lié à des problèmes techniques indépendants de note volonté et notamment aux travaux d’épuration des eaux usées du nouveau quartier de la sucrerie dont la gestion est du ressort de l'intercommunale Ipalle", explique le bourgmestre Bruno Lefèbvre (PS).  

L'échevin des Travaux a tenu à apporter des précisions quant au fait que la passerelle ne soit toujours pas à ce jour franchissable depuis son installation en septembre 2020. "Il y a un maillage de plusieurs chantiers qui se terminent dans ce quartier dont celui d'Ipalle concernant l'installation d'une station de pompage", indique Florian Vangrootenbrulle (PS). 

Présent vendredi dernier dans la cité des Géants pour procéder à l'inauguration des nouveaux points d'apport volontaire situés à l'arrière de l'église Saint-Julien, le directeur de l'intercommunale Ipalle, Laurent Dupont, a confirmé que cette fameuse station de pompage devrait être installée au plus tard à la fin du mois de septembre. "Nous n'attendons plus que l'offre de l'entrepreneur", a-t-il fait savoir au bourgmestre qui espère lnaugurer la paserelle dans les plus brefs délais. 

Le maïeur insiste néanmoins sur le fait que les derniers mois ont été mis à profit pour finaliser les abords de la passerelle (rampes d'accès) et poser des câbles électriques en sachant que celle-ci bénéficiera d'un éclairage. 

Épousant la forme d’une proue de bateau ou encore d’un boomerang, cette passerelle circulaire en acier pour laquelle 600.000€ ont été investis, permettra aux marcheurs et aux vélos de rejoindre rapidement et en toute sécurité la station ferroviaire et le centre-ville depuis le faubourg de Mons et ses nouveaux quartiers résidentiels. Résolument moderne, ce nouvel ouvrage d’art urbain profitable à la mobilité douce est l’oeuvre de deux bureaux d’architecte qui, en plus de sa fonction première utilitaire, ont tenu à lui conférer une dimension esthétique et symbolique.