C'est ce jeudi que les Athois(es), dont les nerfs et la patience sont soumis à rude épreuve depuis de longue semaines, seront fixé(e)s sur le sort de l'édition 2021 de la ducasse. Pourra-t-elle ou non avoir lieu dans sa forme traditionnelle? A l'heure d'écrire ces lignes, c'est toujours un grand point d'interrogation. 

Une conférence de presse est prévue à ce sujet au lendemain de la fête nationale du 21 juillet. Initialement, celle-ci était planifiée aujourd'hui dans la foulée de la tenue du Codeco mais suite aux terribles inondations qui ont endeuillé notre pays, la réunion des ministres a d'abord été annulé avant d'être finalement maintenu à la date initialement prévue mais à une heure de la journée plus tardive. 

En ce lundi 19 juillet, les organisateurs sont suspendus aux lèvres du Codeco et aux décisions qui seront annoncées dans les prochaines heures en ce qui concerne le secteur culturel et évènementiel. En effet, ce sont les nouvelles mesures sanitaires imposées par le gouvernement fédéral qui limiteront ou permettront les activités folkloriques programmées le 4ème dimanche d’août dans la cité des Géants. 

Comme beaucoup, le bourgmestre de la capitale du Pays Vert doute que l'heure soit à des assouplissements. "A juste titre, le variant Delta inquiète beaucoup et les contaminations repartent à la hausse. Dans ce contexte de grande incertitude sur le plan épidémiologique, il serait vraiment étonnant que les décideurs du Codeco lâchent encore du lest et autorisent un rassemblement de 70.000 personnes à Ath d'ici un mois. Si comme je le pense, un passeport Covid attestant que vous êtes vacciné ou négatif sera demandé pour des manifestations extérieures de cette ampleur, je vois mal comment nous pourrions contrôler autant de monde aux entrées et sorties de la ville tant celles-ci sont nombreuses", confie Bruno Lefèbvre. 

Autrement dit, même si le dernier mot reviendra au Codeco, la situation sanitaire actuelle ne semble pas compatible avec l'organisation d'une ducasse digne de ce nom. En revanche, les conditions paraissent réunies aux yeux du bourgmestre pour que le fameux plan B soit mis en oeuvre. 

"La population a hâte de revoir ses géants. Ce scénario est envisageable à condition que les monstres d'osier sortent tous en même temps le dimanche mais en étant dispersés à des endroits différents, y compris dans les villages. De cette-fois, on évitera la foule car les spectateurs seront obligés de s'éparpiller. Il sera beaucoup plus facile de gérer des rassemblements de quelques milliers de personnes, moyennant le respect de certaines règles comme l'obligation de porter le masque", commente Bruno Lefèbvre. 

Pour ce qui est du brûlage des marronnes le vendredi soir et le mariage des époux Goliath le samedi après-midi à l'église Saint-Julien, ces deux autres temps forts de la ducasse sont fortement compromis, voire définitivement reportés à 2022.