Dans le cadre de la crise sanitaire, le gouvernement wallon vient de dégager de nouvelles aides à hauteur de 21.000.000€ pour permettre aux communes de compenser les réductions fiscales prises en faveur du monde culturel (spectacles et divertissement) et des autres secteurs impactés par les mesures de confinement et de fermeture décidées par le Codeco pour lutter contre la propagation du Covid-19.

Pour la ville d'Ath, ce soutien financier des autorités régionales s'élèvent à 176.227€ et s'ajoute aux 88.000€ dont celle-ci a bénéficié voici quelques mois pour soulager fiscalement l'Horeca, les maraîchers, les ambulants et les forains. A l'époque, cela visait les droits d'emplacement sur les marchés (50.000€), les occupations du domaine public à des fins commerciales et publicitaires (2.000€), sans oublier les forains, loges foraines et mobiles (36.800€).

Sur base des recommandations du directeur financier, le collège a proposé lors du dernier conseil communal de répartir ce subside complémentaire de 176.227€ de la manière la plus équitable possible au profit des secteurs les plus touchés sur la durée de la pandémie. 

C'est ainsi qu'en plus des commerces de proximité ayant déjà bénéficié en 2020 de la suppression de la taxe sur les enseignes, cette mesure profitera également cette année aux commerces alimentaires de proximité de même qu'aux pharmacies. A titre indicatif, cette exemption représente une somme de 105.000€.

Il paraissait également normal de supprimer la taxe annuelle sur la collecte et le traitement des déchets pour les cafés qui, en étant fermés depuis six mois, auraient bien eu du mal à en produire. "L'impact financier de cette mesure n'est que de 3000€ mais il s'agit d'un signal fort envoyé au secteur", souligne l'échevin des Finances Christophe Degand (MR)

Parmi les autres allègements fiscaux votés à l'unanimité par les mandataires de la capitale du Pays Vert, on retiendra ceux sur la force motrice pour les entreprises et industries pouvant justifier une réduction de leur chiffre d'affaires d'au moins 10% en lien avec le Covid. A l'instar de certains particuliers exploitant un commerce, celles-ci seront, en outre, exonérées des redevances de stationnement dans les parkings privés de l'Esplanade et de la rue des Récollets. 

L'Horeca veut rencontrer le bourgmestre 

Par la voix de Philippe Duvivier, l'opposition La liste Athoise s'est réjouie de ces nouvelles aides au profit des secteurs qui continuent à souffrir de la crise sanitaire. Le conseiller LLA a relayé la demande de plusieurs représentants de l'Horeca athois de rencontrer le bougrmestre en présentiel pour évoquer avec lui la réouverture promise au secteur le 1er mai prochain. 

"Ces derniers jours, j'ai eu des échanges téléphoniques avec des restaurateurs. A l'heure actuelle, il m'est impossible d'organiser des réunions groupées pour la simple et bonne raison que la loi interdit tout rassemblement. Même en étant bourgmestre, je dois la respecter comme tout le monde. En revanche, je peux m'entretenir physiquement avec un cafetier ou un restaurateur à la fois tout en restent disponible pour dialoguer par écrans interposés avec un plus grand nombre d'interlocuteurs. Ce que je peux dire, c'est que la Ville a commencé à élaborer un plan terrasse en vue du déconfinement des établissements Horeca", a fait savoir Bruno Lefèbvre (PS). 

Son échevine du Commerce abonde dans le même sens: "Notre volonté est de les rencontrer le plus vite possible en sachant qu'il y a de réelles perspectives de réouverture pour ce secteur à l'arrêt depuis six mois. On croise les doigts pour eux. Nous avions réservé la salle du cinéma l'Ecran mais les réunions en présentiel sont interdites pour le moment", regrette Nathalie Laurent (MR) pour qui rien ne remplace le contact humain.