Plusieurs nouveautés concernant la sécurité et l’organisation marqueront l’édition 2019 programmée dans un mois.

Bien qu’il reste encore quatre semaines à patienter, la ducasse d’Ath est déjà dans tous les esprits. Les organisateurs viennent de dévoiler les innovations de l’édition 2019 programmée les 23, 24 et 25 août prochains.

Celles-ci sont nombreuses et concernent aussi bien la sécurité que l’organisation des temps forts de cet évènement folklorique qui rayonne bien au-delà des frontières du Pays vert. Jusqu’ici, les ateliers communaux servaient de lieu d’habillage aux monstres d’osier.

Désormais, c’est juste en face, sur le site de la caserne des pompiers, que se trouvera leur garde-robe.

L’arsenal offre davantage d’espace et facilitera le travail des équipes et des services techniques tout en garantissant une meilleure sécurité des spectateurs assistant à ces préparatifs vestimentaires ainsi qu’aux derniers entraînements du jeune berger David avant son combat contre Goliath.

Autre changement, le public n’aura plus accès aux coulisses que l’après-midi (13 h-16 h) et ce, du 19 au 23 août. En plus de celui de la Grand-Place permettant à la foule de ne rien rater du combat opposant David à Gouyasse, un 2e écran géant sera disposé à l’extérieur de l’église Saint-Julien afin qu’un maximum de personnes puissent suivre le mariage des époux Goliath (Vêpres).

Par contre, l’écran géant du vendredi soir sur lequel était diffusé le brûlage des marronnes n’avait pas de réel intérêt et disparaît du site de l’Esplanade. Dans un but sécuritaire, une nouvelle disposition a été imaginée à l’intérieur de l’édifice religieux, comme l’indique le bourgmestre Bruno Lefèbvre. "Les allées latérales ne seront plus accessibles aux gens debout de manière à optimaliser les issues de secours mais ces derniers pourront réserver des places assises ou alors rejoindre le fond de l’église si celles-ci sont déjà occupées. Par ailleurs, le nombre d’invités dans l’église est réduit d’une centaine."

Révolue également la tribune officielle sur le parvis de l’hôtel de ville. Dorénavant, cet espace sera réservé aux PMR sur réservation. Seuls les médias accrédités auront, en outre, la possibilité d’investir la zone du combat afin de couvrir ce temps fort.

"Nous n’accepterons plus les gens dont la présence ne se justifie pas. Cette mesure permettra aux journalistes de travailler dans des conditions dignes de ce nom tout en offrant au public un bien meilleur champ de vision sur le combat", commente Laurent Dubuisson, coordinateur de la ducasse.