La date du 8 mars est traditionnellement celle de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Le bourgmestre de la cité des Géant(e)s a voulu profiter de l'occasion pour mettre à l'honneur et en valeur les habitantes de l'entité et plus particulièrement celles du personnel communal qui oeuvrent bien souvent dans l'ombre alors qu'elles sont en supériorité numérique par rapport à la gent masculine.

"Au sein de nos administrations locales, les femmes occupent 62% des postes répartis entre la Ville et le CPAS", rappelle Bruno Lefèbvre (PS). Parmi celles-ci figurent des profils très hétéroclites, jugez plutôt: directrice de département, éducatrice, directrice financière, institutrice, cheffe de service, assistante, femme d’entretien, gardienne, cheffe d’équipe, horticultrice, urbaniste, échevine, employées administratives, conseillère, coordinatrice, assistante sociale, professeure de musique, puéricultrice, logopèdes, cuisinières, directrice d’école, aide maternelles, secrétaire de direction, etc.

"En tant que responsable politique, je voulais profiter du 8 mars pour reposer la question de la place des femmes dans l’espace public ainsi que dans le monde professionnel public et local. Bien que souvent majoritaires, celles-ci y sont trop souvent sous-représentées. Alors aujourd’hui encore plus que tous les jours, j’avais vraiment très envie de donner la visibilité que mes collaboratrices et collègues méritent à travers un visuel qui les rassemble!", explique le maïeur. 

Histoire de marquer le coup d'une façon originale tout en les remerciant pour la qualité de leur travail, ce dernier leur a demandé de lui envoyer une photo, celle qu’elles désiraient, sans aucun critère et elles ont joué le jeu en s'affichant sur un super poster. 

"Je crois au féminisme multiple et inclusif. À travers nos compétences et dans nos différents services communaux, l’échevine de l’Egalité homme-femme, Jessica Willocq, mes collègues échevin(e)s, le président du CPAS, les directeurs généraux de la Ville et du CPAS, et moi-même, luttons contre les discriminations liées au genre et tentons de mener des actions concrètes pour l’égalité", poursuit Bruno Lefèbvre. 

Le premier budget genré de Wallonie Picarde

La ville d'Ath adhère ainsi depuis peu à la convention d’Istanbul qui vise à lutter contre les violences commises à l’égard des femmes. "Dans ce cadre, nous travaillons activement avec les services de la police d’Ath qui sont sensibilisés à détecter les situations difficiles, aider et encadrer les victimes. Des enseignant(e)s de nos écoles communales ont suivi, par visioconférence, des formations visant à éliminer les stéréotypes de genres au sein des établissements scolaires."

Le premier citoyen de la capitale du Pays Vert indique encore qu'au sein du bulletin communal a été lancée une chronique (rubrique Culture) qui vise à donner de la visibilité aux femmes influentes et qui est rédigée par une Athoise féministe et engagée. Par ailleurs, Ath est la première commune de Wallonie picarde et la seconde de toute la Wallonie à avoir proposé, en 2021, un budget genré et prévu un article budgétaire dédicacé aux actions qui visent l’égalité des genres.

"Grâce à ce budget, nous pourrons nous poser la question de l’égalité femme/ homme à chaque fois que nous penserons à un projet. Je suis conscient des difficultés que peuvent rencontrer les femmes au sein de leur travail et dans la vie. Nous tentons d’éradiquer les stéréotypes de genres dans la fonction publique locale et de donner autant de chance et d’opportunité aux femmes et aux hommes. Nous avons encore du travail, mais quand je vois l’engouement que cette action a généré, je sais que je peux compter sur les femmes de nos administrations pour m’aider à avancer dans le combat de l’égalité au sens large", conclut Bruno Lefèbvre en empruntant au passage une citation à l'actrice britannique Emma Watson: "Si vous défendez l'égalité, alors vous êtes féministe."