Si cela peut vous rassurer ou vous consoler, les êtres humains ne sont pas les seuls à devoir subir des confinements depuis l'apparition du Covid-19 voici bientôt un an aux quatre coins du globe. En raison d'un autre virus, les animaux appartenant à la grande famille des volailles sont eux aussi logés à la même enseigne. 

En novembre dernier, l’Agence fédérale pour la sécurité de la consommation alimentaire (AFSCA) informait que plusieurs cas de grippe aviaire hautement pathogène (de type H5) avaient été constatés chez des oiseaux sauvages à plusieurs endroits du pays. Ces derniers risquant de contaminer les oiseaux domestiques, leurs détenteurs, qu’ils soient professionnels ou particuliers étaient tenus de prendre des mesures pour protéger leurs volailles.

Un nouvel état des lieux a été rendu par l’Afsca en début de semaine. Celui-ci indique que le virus de la grippe aviaire circule toujours puisque plusieurs cas ont été détectés ces derniers jours dans différentes communes. Le confinement des volailles est donc prolongé jusqu'à nouvel ordre. Pour rappel, voici la liste des recommandations de l'organisme compétent. Les mesures prises suite à la déclaration d’une période de risque accru le 1er novembre 2020 par le ministre Clarinval restent toujours d’application. 

Depuis le 15 novembre dernier, les directives suivantes sont toujours en vigueur sur tout le territoire belge. Toutes les volailles et tous les oiseaux, en ce y compris les pigeons, des exploitations avicoles et des détenteurs particuliers doivent être confinées ou protégées de façon à éviter les contacts avec les oiseaux sauvages. Cette mesure ne prévaut pas pour les ratites.

Par ailleurs, le nourrissage et l’abreuvement de volailles et des autres oiseaux captifs doit se faire à l’intérieur ou de façon à rendre impossible le contact avec les oiseaux sauvages. Il est interdit, en outre, d’abreuver les volailles et les autres oiseaux captifs avec de l’eau de réservoirs d’eaux de surface ou l’eau de pluie accessibles aux oiseaux sauvages, à moins que cette eau ne soit traitée pour garantir l’inactivation des virus éventuels.

Enfin, tous les rassemblements tels que les expositions, les concours ou encore les marchés de volailles et d’oiseaux demeurent interdits, à la fois pour les professionnels et les particuliers.