Âgée de 83 ans, Monique a donné toute sa confiance à Yannick qu'elle avait engagé comme jardinier. Toutefois, le 30 janvier dernier, elle se rend à la police pour porter plainte pour vol. La victime s'y était déjà rendue en septembre 2020 car il lui manquait trois bagues. 
 
Dernièrement, Yannick devait donc comparaître devant le tribunal correctionnel de Tournai pour vol avec violence. Effectivement, le 29 janvier 2021, le prévenu a profité de la faiblesse de Monique pour dérober son argent. Ce jour-là, Yannick à pénétré dans l'habitation pour reprendre un sécateur. "J'ai vu le portefeuille et je l'ai pris. J'ai ensuite bloqué la porte avec mon pied pour empêcher la victime d'entrer", déclare le prévenu.  
 
Monique était représentée par son avocat devant la barre du tribunal correctionnel de Tournai. "Lors de son audition, ma cliente a dit que la somme de 90 euros se trouvait dans son portefeuille et non 70 euros comme le décalée le prévenu. Pour ma part, les faits de violence sont établis. A partir du moment où on bloque une porte pour empêcher une personne d'entrer, il y a violence. Je sollicite donc que ma cliente récupère les 90 euros ainsi qu'un dommage moral de 500 euros. En ce qui concerne les bagues dérobées, deux d'entre elles ont été revendues dans une bijouterie. L'une de ces bagues était la bague de fiançailles de son mari défunt. Pour la troisième bague, elle a disparu de la circulation." 
 
Déjà connu de la justice pour coups et blessures et vols, le représentant du ministère public requiert une peine de 4 ans de prison. Pour l'avocat du prévenu, c'est la parole de l'un contre la parole de l'autre. "Mon client conteste les faits. Selon lui, il n'y a pas eu de violence. Il bloquait juste la porte que Monique tentait d'ouvrir. Lors de son audition, il s'est excusé. Je sollicite donc la clémence du tribunal."
 
Le jugement sera prononcé le 2 septembre.