A la suite de la polémique qui avait fait rage lors de l'édition 2019 de la ducasse des géants, la ville d’Ath a été sollicitée par l’Unesco sur la liste de laquelle sa tradition ancestrale est inscrite depuis 2005 mais également par la fédération Wallonie-Bruxelles pour mener une réflexion autour du personnage emblématique du Sauvage. Pour rappel, la présence de celui-ci au sein du cortège folklorique figurant au patrimoine mondial immatériel de l'humanité n'est pas du goût du collectif antiraciste Bruxelles Panthères. 

Ses membres considèrent que ce personnage grimé de noir et enchaîné sur un char doit disparaître des manifestations populaires telles que celle-ci car il véhicule selon eux des sentiments de racisme et de négrophobie. Assimilant cette pratique au Black face, on se souviendra que le mouvement à l'origine de la controverse avait lancé une pétition contre le maintien du Sauvage au sein du cortège athois tout en interpellant par écrit les responsables de l'Unesco en leur demandant de retirer le précieux label aux organisateurs de la ducasse si ces derniers persistaient à ne pas faire évoluer ce personnage rappelant chez certains un passé colonisateur et esclavagiste. 

Ces derniers ne sont pas rester sourds à ce débat de société ainsi qu'à l'évolution des mentalités. Néanmoins, afin que cette réflexion puisse avoir une dimension citoyenne et participative la plus objective et représentative possible, il a été décidé de mettre sur pied une table ronde consacrée au personnage du Sauvage de la ducasse d’Ath. Cette table ronde se déroulera ce dimanche 20 juin en la salle des fêtes de l'école Georges Roland. Animée par la Maison des Géants, la Maison Culturelle d'Ath (MCA) et l'asbl Rénovation du cortège, celle-ci réunira une quarantaine d'Athois, impliqués dans le folklore ou non, aux côtés d'une série d’associations actives dans la lutte contre le racisme ou l’accueil des migrants. A l'issue de celle-ci, le collège communal a prévu de faire une communication. 

Cette initiative aurait déjà dû avoir lieu l'an dernier mais c'était sans compter sur la crise sanitaire qui, pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale, a entraîné l'annulation des festivités de la ducasse programmées sur les bords de la Dendre durant le week-end du 4ème dimanche d'août.